20e édition Bulletin du RCMN – mai 2015

——————————————————————

Au sommaire

——————————————————————

L’initiative musiques nouvelles 2015 : amener le RCMN à la CAPACOA

Souvenirs de l’IMN2015

Préparatifs avec la CCA en vue des élections fédérales

Rapports des comités du RCMN, mai 2015

Rapport de l’Initiative sur le contenu numérique (ICN), mai 2015
Rapport du comité organisateur de FORUM 2016 OTTAWA, mai 2015
Rapport du Comité linguistique, mai 2015
Rapport du comité sur l’intéressement du public, mai 2015

Des étudiants en commissariat et en critique d’art rencontrent Continuum dans le cadre du Projet OCADU

Vous aimeriez connaître Circuit ?

Bienvenue à nos nouveaux membres, mai 2015

Le RCMN a besoin de vous!

Le coin des membres – pour proposer un article

Étude de l’Initiative sur le contenu numérique (ICN) : Les bénéfices de la création musicale

——————————————————————

20e édition Bulletin du RCMN – mai 2015

CAP2015_section_banner_710x312

 

Le RCMN est constamment à la recherche de portes d’entrée sur de nouvelles communautés, dans un contexte national plus large. Et c’est exactement ce que nous a offert la première édition de notre Initiative musiques nouvelles (IMN2015).

L’IMN2015 a réuni le RCMN et la CAPACOA (l’Association canadienne des organismes artistiques). Le RCMM a agi comme commissaire invité de la 27e conférence annuelle de cette association, qui s’est déroulée à Halifax du 21 au 24 janvier 2015 sous le thème « La culture de la convergence ».

Ainsi, une trentaine de membres du RCMN ont « convergé » vers les quelque 200 participants, dont plus de 120 membres de la CAPACOA et plusieurs représentants du milieu national et international des arts de la scène en tournée.

Le RCMN a conçu une programmation qui rapprochait ses membres et les délégués, dans le but de susciter un dialogue sur les buts et les problématiques que nous partageons à titre de praticiens des arts au sens large. Notre programmation encourageait l’interaction et le dialogue, dans le but d’échanger des connaissances et bâtir des liens de confiance. En œuvrant ensemble dans ce contexte plus vaste, nous serons en mesure de mieux intégrer les musiques nouvelles canadiennes à la programmation des diffuseurs de masse.

L’assistance a très bien accueilli nos activités, présentées pour la plupart devant une salle plus que bondée. Sur ce point, remercions l’équipe de la CAPACOA qui nous a offert une visibilité incomparable en mettant notre programmation à l’honneur. Grâce à elle, nos activités ont récolté un taux de participation fantastique.

Notre programmation

(1) Une table ronde nationale de diffuseurs de musiques nouvelles a discuté d’innovation en matière de présentation. Véronique Lacroix, Lawrence Cherney, Tim Crofts, Gregory Oh et Kyle Brenders (modérateur) ont partagé leur savoir et leurs bons coups en matière d’intéressement du public, démontrant ainsi le rôle positif que peuvent jouer les musiques nouvelles dans l’ensemble de la société canadienne.

(2) Un atelier « réaction critique » : après une prestation fascinante de 40 minutes de Gabriel Dharmoo, Tim Yerxa (Fredericton Playhouse) et Judy Harquail (Ontario Presents) ont animé une séance où les participants, assis en rond, ont nourri une réflexion approfondie et riche de sens sur la manière dont ils ont perçu cette prestation.

(3) Un concert-vitrine auquel participaient Eve Egoyan et David Rokeby, Saint Petersburg et le Quatuor Bozzini.

(4) Il y a eu aussi une séance interréseau très intéressante entre les membres du RCMN et ceux des réseaux de danse. On y a parlé des percées réalisées avec les diffuseurs en matière de compréhension et à la présentation de la danse contemporaine, et des possibilités d’application de cette approche aux musiques nouvelles.

En outre, les membres du RCMN ont eu l’occasion d’assister aux autres activités de la conférence, comme : des tête-à-tête avec les participants au Programme de diffuseurs internationaux; la séance plénière interactive avec le directeur d’EmcArts Richard Evans, les nombreux concerts-vitrines en soirée et les dîners réseautage. Cette participation des membres du RCMN au reste de la conférence était tout aussi importante au succès de notre IMN.

Écoutez le directeur artistique de Soundstream, Lawrence Cherney, faire une présentation de cinq minutes sur le projet de tournée Encuentros de son organisme : à écouter ici (avancez à 30:23).

De plus, un membre de notre CA, David Pay, a accompagné Lawrence Cherney à l’antenne de l’émission télé CTV Morning Live, animée par Heidi Petracek, pour parler des tables rondes du RCMN sur la présentation des musiques nouvelles. L’émission a été diffusée en direct en Nouvelle-Écosse, au Nouveau-Brunswick et à l’Île-du-Prince-Édouard.

Nous étions ravis d’avoir autant d’ambassadeurs des musiques nouvelles canadiennes, des experts de terrain qui, en plus de représenter leur propre travail à ce congrès, ont représenté l’ensemble de la communauté des musiques nouvelles canadiennes dans toute sa diversité. À titre d’organisme, nous pouvons concocter la programmation, mais ce sont les interactions interpersonnelles qui tissent les liens, et nos membres n’ont pas hésité à discuter passionnément, avec les congressistes, de leur art et de celui de leurs pairs œuvrant dans leur coin de pays.

Pour vous faire une idée de ce qui s’est passé à l’IMN2015, lisez les témoignages de quelques-uns de nos ambassadeurs. Ils sont réunis dans l’article suivant, Souvenirs de l’IMN2015.

Merci à tout le monde à la CAPACOA pour ce partenariat, ainsi qu’au Conseil des arts du Canada et à FACTOR qui nous ont aidés à faire venir autant de nos membres à cette conférence.

 

Adresse URL directe : L’initiative musiques nouvelles 2015

Retourner à l’édition mai 2015 du Bulletin du RCMN

SouvenirsNMI2015

 

Les membres du RCMN ont partagé leurs réflexions sur le projet IMN2015 présenté à la conférence de la CAPACOA à Halifax en janvier 2015. Merci à tous ceux et celles qui ont partagé cette expérience avec nous!

 

Permettez-moi de remercier le RCMN d’avoir donné au Quatuor Bozzini (QB) la chance d’assister à la conférence de la CAPACOA et d’y donner une prestation dans le cadre de son concert-vitrine. Ce fut l’occasion de renouer avec des visages familiers associés au RCMN et d’échanger des idées avec d’autres diffuseurs et délégués venus des quatre coins du pays.

Nous avons trouvé l’allocution de Richard Evans d’une très grande utilité, puisqu’elle s’intéressait aux problématiques de l’ensemble de l’industrie musicale canadienne, peu importe la taille de l’organisme ou la fonction qu’on occupe dans celui-ci. Parmi les conseils les plus pertinents, mentionnons : s’ouvrir aux changements dans le marché; trouver de nouvelles façons de faire participer le public à la création artistique; et faire preuve de patience en procédant un petit changement à la fois pour arriver à une solution.

À cette allocution, j’ai rencontré des gens qui avaient assisté à la prestation de QB. Ce fut un plaisir de pouvoir partager notre musique avec eux et de leur expliquer brièvement la nature de notre travail.

Après le concert-vitrine du RCMN, nous avons eu droit à du merveilleux réseautage informel au resto de l’hôtel. Nous avons pu discuter de nos travaux actuels avec les gens et même mettre en chantier des projets avec d’autres membres du RCMN. D’ailleurs, QB souhaitant accroître sa présence dans les Maritimes, la tenue de cette conférence à Halifax arrivait à point nommé.

Nous avons particulièrement apprécié la séance de discussion avec les réseaux canadiens de danse contemporaine. Ils nous ont présenté un modèle qui commence par l’éducation des diffuseurs, au lieu de chercher à les convaincre de choisir tel projet au lieu de tel autre. Nous avons trouvé encourageant d’apprendre que les diffuseurs se sont habitués au vocabulaire et à l’esthétique de la danse contemporaine, ce qui leur permet maintenant de faire eux-mêmes leurs choix artistiques. Comme artiste, nous nous questionnons encore sur la pertinence de consacrer plus d’argent aux diffuseurs qu’aux artistes, mais peut-être peut-on convaincre les organismes subventionnaires d’augmenter le financement des uns comme des autres.

Enfin, j’ai regardé la diffusion en direct de la présentation de Natalie MacMaster. Quel plaisir d’écouter un tel monument de la musique canadienne! J’ai eu l’occasion de travailler avec Mme MacMaster dans un autre contexte; je connais toute l’étendue de son professionnalisme et de son talent. Il y avait beaucoup à apprendre du vocabulaire qu’elle a utilisé pour décrire aux diffuseurs sa vie d’artiste et les difficultés avec lesquelles les musiciens composent, comme l’horaire de tournée, l’équilibre travail-famille, le maintien de la qualité des concerts. Elle n’a jamais adopté un ton condescendant. Son approche était plutôt humaniste : elle cherchait à ouvrir le dialogue au lieu de prendre à partie les diffuseurs ou de se concentrer sur ses mauvaises expériences avec eux.

Dans l’ensemble, QB a vécu une très belle expérience à la conférence de la CAPACOA. Nous espérons poursuivre les relations et les conversations que nous y avons entamées.

~ Alissa Cheung, Quatuor Bozzini

 

J’y suis allé le jeudi 22 janvier. Quelle journée inspirante! Je suis retourné à la maison plein d’idées, la tête pleine de conversations et de nouvelles réflexions.

J’ai commencé à tisser des liens avec d’anciens et de nouveaux amis au déjeuner des nouveaux délégués. Puis, je me suis rendu à la table ronde sur la diffusion. Évidemment, on ne pouvait pas faire le tour de ces questions en un peu plus d’une heure (qui est votre public? Comment mesure-t-on la réussite? Quel est le lien entre subvention et programmation?), mais on pouvait sentir dans l’air que tout le monde était ravi d’être venu des quatre coins du pays pour partager avec des gens qui font la même chose qu’eux.

Richard Evans a été fascinant. Ce que j’ai aimé le plus, c’est que son allocution véhiculait une « bonne nouvelle » : oui, le monde des arts change, mais il existe des outils pour suivre ce changement – en profiter même – et les opportunités qu’il entraîne à sa suite. C’est le maître de l’organigramme et de la présentation PowerPoint. Il illustrait ses idées par des exemples concrets auxquels nous pouvions tous nous identifier.

L’atelier « réaction critique » sur Anthropologies imaginaires de Gabriel Dharmoo enseignait une manière de réagir à une œuvre nouvelle qui force la personne à aller au-delà du « j’aime/je n’aime pas » par une série de questions auxquelles on répond calmement et méthodique. Cette technique permet d’arriver à une réaction critique nuancée et possiblement surprenante. Je vais l’appliquer aux concerts que je verrai dans les prochains mois. Je compte même l’utiliser en classe ou en atelier.

Enfin, il y eut les concerts-vitrines par des artistes qui étaient tous des amis ou des connaissances. J’aurais aimé qu’il y ait plus d’interaction entre les diffuseurs et les musiciens après ces prestations, mais la communauté des musiques nouvelles est petite et on aime toujours aller féliciter un ami après sa prestation. S’il y avait eu une activité, à la suite des concerts, où on nous aurait jumelés avec les diffuseurs pour discuter en petit groupe de ce que nous venions de voir (ou pour appliquer les techniques de réaction critique enseignées plus tôt dans la journée), les ambassadeurs des musiques nouvelles auraient pu faire plus de prosélytisme. C’est ma suggestion pour la prochaine conférence de la CAPACOA.

~ Simon Docking, Toca Loca

 

C’était fantastique de voir des musiques contemporaines présentées aux côtés d’offres plus populaires, d’une manière qui les rendait plus accessibles à tous les types de diffuseurs. La [séance « réaction critique »] qui a suivi Anthropologies imaginaires de Gabriel Dharmoo s’est avéré être un exercice utile pour permettre à une vaste palette de spectateurs de discuter plus en profondeur des questions soulevées par un concert de musique contemporaine.

~ Derek Charke, Acadia University / AD – Acadia New Music Society

 

Partout au Canada, nos compositeurs, interprètes et organismes oeuvrent avec le même dévouement, la même passion. La conférence de la CAPACOA nous permet non seulement de constater la santé et l’effervescence de la scène musicale nationale, mais aussi d’identifier les problématiques et de mettre en commun les stratégies qui permettent la pérennité du milieu musical.

C’était un honneur de présenter mon projet Anthropologies imaginaires lors de l’atelier « Réaction critique ».

~ Gabriel Dharmoo, compositeur / interprète

 

J’ai trouvé la participation du RCMN à la CAPACOA encourageante. Elle a servi […] d’introduction aux intersections possibles entre la diffusion de musiques commerciales, chose que je connais par ma carrière à temps partiel dans la musique populaire, et la diffusion de musiques de création, ma discipline à temps plus plein.

[…] La programmation du jeudi préparée par le RCMN était provocante et riche en information. Elle m’a aidé à formuler quelques idées à propos des prochaines activités de programmation et d’intéressement du public dans les organismes avec qui je travaille.

La [séance « réaction critique » tout particulièrement] m’a aidé à consolider ma réflexion sur la place des musiques nouvelles dans notre culture, autant comme critique que comme célébration de la relation complexe qu’entretient notre société avec la musique, mais surtout avec les musiques inusitées ou inconnues. Le semblant d’ethnomusicologie [dans la prestation de M. Dharmoo] était à la fois amusant et poignant, puisqu’il illustrait en quoi les pièges culturels des musiques nouvelles peuvent rendre cette musique plus attirante ou plus aliénante. Cela m’a fait réfléchir sur l’importance de s’engager sans réserve dans les musiques qui sortent de la sphère populaire, mais aussi de tenir compte du mode de présentation des musiques nouvelles, pour aider les publics qui les connaissent peu à les apprécier plus facilement. Enfin, j’ai pris conscience de la difficulté, pour tout « interprète » des musiques nouvelles, de décrire une musique peu familière à un public néophyte.

~ Lukas Pearse, Upstream Music Association / suddenlyLISTEN et plus…

 

J’ai eu le privilège de me produire dans le cadre du concert-vitrine du RCMN à la conférence 2015 de la CAPACOA, au sein du projet « Saint Petersburg », avec le violoncelliste Norman Adams. Quelle expérience merveilleuse que de partager la scène avec le Quatuor Bozzini et Eve Egoyan! J’ai eu droit à un échantillon de la diversité des musiques nouvelles au Canada. Comme improvisateur, j’ai trouvé rafraîchissante l’expérience d’être programmé aux côtés de musiques nouvelles « classiques ».

~ Tim Crofts, pianiste

 

Il est primordial que les musiques nouvelles canadiennes deviennent une composante régulière de la CAPACOA. L’exposition répétée au RCMN amènera les membres de la CAPACOA à s’intéresser à l’originalité et aux forces des œuvres créatives créées et interprétées par les Canadiens. Les diffuseurs seront stimulés et emballés à l’idée d’inclure de nouvelles œuvres canadiennes dans leur programmation, bouclant ainsi la boucle qui va de la commande d’œuvres nouvelles à la diffusion de ces œuvres auprès des publics d’un océan à l’autre.

~ Eve Egoyan, pianiste

 

Merci beaucoup de m’avoir invité à participer à l’Initiative Musiques nouvelles 2015 du RCMN à titre « d’ambassadeur des musiques nouvelles » à la conférence de la CAPACOA. Les activités organisées par le RCMN m’ont semblé avoir réussi à mettre en valeur la diversité des musiques nouvelles canadiennes. J’ai apprécié aussi les occasions de rencontrer d’autres praticiens des quatre coins du pays.

~ Steven Naylor, compositeur, interprète, directeur artistique – subText Music & Media Arts Association

 

Quelle belle expérience! Des noms sans visage sont devenus des amis et des collègues. Et il s’est échangé tant de paroles inspirantes! Comme la musique, la communication et les idées gagnent en force quand elles se vivent en personne. J’espère que ma contribution a été à la hauteur de ce avec quoi je suis reparti.

~ Gregory Oh, Directeur artistique – Open Ears Festival, Toca Loca / Soulpepper Theatre – Artiste en résidence

 

J’ai eu le privilège d’assister à la conférence de la CAPACOA à Halifax à titre de membre du conseil d’administration du RCMN. C’était ma première conférence de la CAPACOA et j’ai apprécié énormément cette occasion de faire la connaissance de membres de la communauté des musiques nouvelles des quatre coins du pays, mais aussi de diffuseurs et d’artistes d’autres disciplines. Les séances, informatives, ont donné lieu à d’intéressantes discussions. Les prestations et les séances de musiques nouvelles ont mis en valeur l’incroyable talent et le dévouement de plusieurs membres du RCMN. Félicitations au RCMN pour cette collaboration très réussie avec la CAPACOA.

~Po Yeh, New Works Calgary / Honens / Land’s End Ensemble

 

J’ai trouvé la conférence de la CAPACOA stimulante et agréable. L’atmosphère était invitante et accueillante. J’ai apprécié les séances auxquelles j’ai assisté. Ce que j’ai préféré, c’est de rencontrer les artistes en présence et de discuter avec les producteurs et les diffuseurs. Je me suis sentie un peu plus « connectée » à ce qui se passe ailleurs au pays.

~ Janice Jackson, Directrice artistique – Vocalypse Productions / Interprète

 

Adresse URL directe : Souvenirs de l’IMN2015
Retourner à l’édition mai 2015 du Bulletin du RCMN

Preparations with the CAC

À noter : les 42e élections générales fédérales auront lieu le 19 octobre 2015. Puisque les élections approchent à grands pas, la CCA est à la recherche de bénévoles pour combler un certain nombre de postes, as part of their effort to assurer que les arts soient présents à l’esprit des candidats partout au pays, nous allons avoir besoin de votre aide.

Le 18 mars 2015, les membres de la Coalition canadienne des arts (CCA) se sont réunis en téléconférence pour discuter des prochaines élections fédérales. Le comité électoral de la CCA, qui avait étudié diverses stratégies en vue de former un front artistique uni, a conclu que : (1) les arts auront de la difficulté à capter l’attention des médias cette fois-ci; (2) les cinq partis politiques sont peu susceptibles de faire connaître leur plateforme électorale avant l’automne.

Deux options ont été débattues :

  1. Soumettre trois questions sur les arts aux partis et publier leurs réponses sur Internet.
  2. Au lieu de mener une campagne uniquement sur les arts, relier les arts à des enjeux plus vastes, comme :
    1. les droits des autochtones;
    2. les enjeux environnementaux;
    3. la réforme électorale et la participation des jeunes au scrutin.

Le consensus : les deux options ont du mérite, mais il est difficile de s’entendre sur le choix d’un enjeu externe aux arts.

Dans la deuxième option, le débat s’est orienté vers une contribution aux efforts de l’organisme L’apathie c’est plate, particulièrement en ce qui a trait à amener les jeunes à voter. Les membres préfèrent appuyer cette organisation non partisane que d’autres organismes similaires.

Dans la première option, les trois questions sur les arts reprendront les recommandations que la CCA utilise à la Journée des arts sur la Colline :

  • accroître le budget de fonctionnement du Conseil des arts du Canada de 35 millions de dollars, l’objectif étant d’atteindre 300 millions de dollars à brève échéance;
  • accroître la présence canadienne sur la scène mondiale en 2017 (150e anniversaire) par le truchement d’une subvention spéciale de 25 millions de dollars;
  • accroître le financement et le financement alternatif dévolus à la distribution numérique et au contenu canadien sur Internet.

Le comité électoral de la CCA déposera bientôt ses recommandations officielles.

Des questions? Des commentaires? Écrivez au RCMN.

Rapport rédigé par Jennifer Waring, membre du CA du RCMN, avec l’aide de Kate Cornell (directrice générale, Assemblée canadienne de la danse)

 

Adresse URL directe : Préparatifs avec la CCA en vue des élections fédérales
Retourner à l’édition mai 2015 du Bulletin du RCMN

Que font nos comités? Qui y participe? Depuis 2009, nous nous sommes dotés de plusieurs comités. Certains ont une vocation occasionnelle; d’autres sont plus permanents. Ces comités se penchent sur des enjeux précis qui touchent l’ensemble de la communauté des musiques nouvelles (comme le comité sur l’intéressement du public et l’initiative sur le contenu numérique), tandis que d’autres s’intéressent à des questions spécifiques au RCMN (comme le comité linguistique). D’autres encore s’articulent autour d’une activité à venir (comme le comité organisateur du FORUM 2016 et le comité Initiative musiques nouvelles 2015). N’importe quel membre ordinaire du RCMN peut participer à ces comités, à condition qu’au moins un membre du conseil d’administration en fasse partie (le site Internet donne les détails). Les membres ordinaires peuvent proposer des idées de comité au conseil d’administration.

Rapport de l’Initiative sur le contenu numérique (ICN), mai 2014
Rapport du comité organisateur de FORUM 2016 OTTAWA, mai 2014
Rapport du Comité linguistique, mai 2014
Rapport du comité sur l’intéressement du public, mai 2014

 

Adresse URL directe : Rapports des comités du RCMN, mai 2015
Retourner à l’édition mai 2015 du Bulletin du RCMN

OpenBBRecMicrophone

Tim Brady, président du comité

L’Initiative sur le contenu numérique (ICN) est un projet qui cherche de nouvelles subventions et de nouvelles structures pour l’enregistrement, la circulation, la promotion et la distribution de musique « spécialisée » canadienne en format numérique. L’ICN dispose d’une subvention de 20 000 du Conseil des arts du Canada.

Il s’agit essentiellement d’une tentative pour trouver un autre moyen de faire entendre notre musique (au Canada et à l’étranger), maintenant que les deux piliers de la musique canadienne, CBC et Radio-Canada, n’enregistrent plus de musique, à peu de choses près. C’est un projet très ambitieux, qui tient peut-être de Don Quichotte, mais il est absolument nécessaire aux musiques canadiennes en 2015 et au-delà.

Depuis six mois, l’ICN a abattu beaucoup de boulot : nous avons peaufiné nos arguments, nos statistiques et notre document de présentation (à l’intention des bailleurs de fonds publics et privés); nous avons discuté en détail avec nos partenaires dans des réunions tenues à Toronto et à Montréal; et nous avons conçu le « programme de subvention » technique que nous proposons. Notre consultant Pierre Lalonde a poursuivi ses discussions informelles avec les subventionnaires et nos partenaires privés, question de préparer le terrain pour notre proposition.

L’ICN a commandé un document de recherche musicologique qui vient appuyer, d’une manière scientifique et universitaire, nos arguments sur la valeur des musiques « spécialisées ». Ce document a été rédigé par Martin Guerpin et Jonathan Goldman de l’Université de Montréal. Il comporte une analyse et une bibliographie d’une vaste gamme d’études sur l’importance et les bienfaits de la musique et de la créativité. Les membres du RCMN sont invités à utiliser ce document et ces arguments comme bon leur semble pour aider à l’avancement des musiques de création au Canada. Le document est accessible ici.

En juin, nous commencerons à avoir des rencontres informelles avec des partenaires potentiels, ainsi que des bailleurs de fonds publics et privés. Les élections fédérales ralentiront nos progrès, puisque tous les ministères sont en mode attentiste, peu importe qui sera élu en octobre. Aucune décision ne sera prise avant le scrutin. En fait, il faudra même attendre en 2016 pour un retour à la normale.

Néanmoins, ces rencontres informelles nous donnent une idée de la force de nos arguments; elles nous permettront d’accroître notre efficacité avant la présentation formelle du projet.

D’autres intervenants s’intéressent à notre ICN. En effet, on nous a invités à la présenter au congrès Classical: Next, qui se tient à Rotterdam du 20 au 23 mai 2015, ainsi qu’à l’événement bisannuel Banff Opera Colloquium avec Opera.ca en juillet 2015. On peut dire, donc, que notre projet prend de la vitesse.

Tim Brady, 5 mai  2015

 

Pour en savoir plus, écrivez à :

tim@timbrady.ca

Articles précédents de ce comité :

Étude de l’Initiative sur le contenu numérique (ICN) : Les bénéfices de la création musicale (n° 20)
Rapport de l’Initiative sur le contenu numérique (ICN), décembre 2014 (n° 19)
Projet sur la création de contenu numérique en musique spécialisée (n° 18)

 

Adresse URL directe : Rapport de l’Initiative sur le contenu numérique (ICN), mai 2015
Retourner à l’édition mai 2015 du Bulletin du RCMN

Ottawa skyline

Membres: Kyle Brenders (Président du comité), Jesse Stewart, Stefani Truant, Jennifer Waring

Les choses se placent en vue du FORUM 2016. Le comité organisateur s’affaire, depuis quelques mois, à faire tourner la roue.

Premièrement, FORUM 2016 aura lieu du 14 au 17 janvier 2016 à Ottawa. La plupart des activités se dérouleront à l’Université d’Ottawa, mais il y aura aussi un lien avec le Centre national des arts, dont un concert, le 15 janvier 2016, où on créera une œuvre de John Estacio.

Ce FORUM se penchera sur les intersections entre les milieux populaires et moins populaires entre lesquels nombre d’entre nous oscillent. Il s’agit d’un vaste sujet que nous circonscrirons d’ici deux mois.

Nous avons mis en ligne un embryon de page sur FORUM 2016. Elle contient des renseignements sur le comité organisateur.

Enfin, FORUM 2014 avait lancé, pour la première fois, un appel de communications. Nous préparons un appel similaire pour FORUM 2016. Nous serons donc à la recherche de propositions de toute la communauté des musiques nouvelles. Nos FORUMs ne sont ni des colloques universitaires ni des salons ou vitrines artistiques. Ce sont plutôt des événements hybrides qui cherchent à tisser des liens entre tous les intervenants du milieu des musiques nouvelles.  Commencez à réfléchir à des idées novatrices et restez à l’écoute!

Pour nous transmettre vos réflexions sur le FORUM ou pour participer au comité organisateur, écrivez-moi.

Kyle Brenders

Pour en savoir plus, écrivez à :
kbrenders@gmail.com

Articles précédents de ce comité :

Rapport du comité organisateur de FORUM 2016 OTTAWA, déc 2014 (n° 19)

 

Adresse URL directe : Rapport du comité organisateur de FORUM 2016 OTTAWA, mai 2015
Retourner à l’édition mai 2015 du Bulletin du RCMN

Language_Committee01

Membres : Jérôme Blais, Stacey Brown (Présidente du comité), Louise Campbell

L’objectif du Comité linguistique est de soutenir le RCMN dans son engagement envers le bilinguisme, en favorisant une sensibilisation aux enjeux linguistiques, en aidant de temps à autre à faire des traductions mineures et, tous les deux ans, en remplissant une variété de rôles d’appui linguistique lors de nos FORUMS nationaux (à titre d’exemple, voir FORUM 2012 et FORUM 2014). Les membres du comité sont invités à réfléchir à des moyens par lesquels nous pouvons faciliter la communication dans les deux langues officielles et continuer à bâtir un réseau national qui peut réellement « parler » à tous nos membres.

Ce comité est actuellement à la recherche de membres qui seraient intéressés à participer aux discussions ou activités mentionnées plus haut. Nous continuons aussi à dresser la liste de membres qui seraient prêts à aider de temps à autre, comme bénévole, à faire des traductions vers leur langue maternelle (français, ou anglais).

Questions ? Vous pensez vous impliquer au Comité linguistique ? Nous serions ravis d’entendre vos idées!

Pour en savoir plus, écrivez à :
sb@staceybrown.ca

 

Adresse URL directe : Rapport du Comité linguistique, mai 2015
Retourner à l’édition mai 2015 du Bulletin du RCMN

Membres: Louise Campbell (Présidente du comité), Tawnie Olson and Jennifer Waring

Une liste préliminaire de ressources Internet pouvant aider à faciliter un enseignement créatif de la musique est maintenant en ligne et facile d’accès! Consultez-là ici. Cette liste saura vous inspirer si vous animez des groupes, des ateliers, des concerts, des cours, et bien plus encore!

Notre comité a pour mandat, entre autres, de faire circuler les bons coups en matière d’intéressement du public. Dans les numéros précédents, nous avons parlé du Projet John Adaskin, de New Music 101 à Toronto et d’I.S.S. Dans le présent numéro, ne manquez pas l’article de Jennifer Waring, membre du comité, sur le Projet OCADU.

Nous souhaiterions accueillir d’autres personnes sur ce comité.

Nous aimerions avoir la participation de membres de toutes les régions du pays, pour avoir un portrait complet de la situation. Notre comité vous intéresse? N’hésitez pas; nous avons envie de vos idées!

Pour en savoir plus, écrivez à :
mlouisecampbell@gmail.com

Autres articles de ce comité :

Ressources Internet pour un enseignement créatif de la musique
Des étudiants en commissariat et en critique d’art rencontrent Continuum dans le cadre du Projet OCADU  (n° 20)
Rapport du comité sur l’intéressement du public, décembre 2014 (n° 19)
I.S.S. Is Somebody Singing (n° 16)

New Music 101 à Toronto (n° 16)
Rapports du comité jeunesse-éducation (version pdf du n° 13, p. 5-6)

 

Adresse URL directe : Rapport du comité sur l’intéressement du public, mai 2015
Retourner à l’édition mai 2015 du Bulletin du RCMN

par Jennifer Waring

Cet article du comité sur l’intéressement du public décrit un projet réalisé à Toronto par Continuum en 2011. À l’époque, j’étais la directrice artistique de Continuum. Je ne présente pas ce projet comme un exemple à suivre (mais si l’idée vous plaît, n’hésitez pas à la reprendre); je souhaite simplement brosser rapidement le portrait d’un projet simple qui a su briser quelques conventions, ce qui lui a valu de se faire remarquer. Ce cas illustre aussi à quel point il faut s’exprimer clairement lorsqu’on s’aventure au-delà des pratiques normales, parce qu’on dirait que les gens vont soit s’accrocher obstinément à leur ancien territoire mental ou, au contraire, se sentir libérés au point de voir dans votre projet des choses qui n’y sont pas.

Le projet OCADU de Continuum était une expérience de transfert des modes de perception d’un art sur un autre. Nous avons demandé à des étudiants inscrits en quatrième année du programme Critique et commissariat d’art à l’Université OCAD de programmer un concert et de rédiger les notes de programme. Quinze personnes, des jeunes pour la plupart, toutes profondément impliquées dans les arts visuels, ont écouté treize enregistrements puisés dans le répertoire de Continuum. Puis, elles ont fait un choix, avant d’écrire les notes qui guideront les autres auditeurs. Ils ont fait leur écoute en vase clos, avec l’ordre de ne pas effectuer de recherches supplémentaires. Les œuvres sélectionnées par ce groupe ont été jouées dans un concert de la programmation régulière de Continuum (le fait de remonter ces œuvres étant un avantage collatéral offrant à nos fidèles la chance de les réentendre, aux musiciens la chance de les réinterpréter, et à Continuum l’occasion de faire progresser la notion d’un « répertoire » des musiques nouvelles). J’ai choisi les meilleures « notes d’écoute » des étudiants pour colliger les notes de programme. En fait, le bon matériel était si abondant que j’ai colligé trois jeux de notes de programme. Les textes allaient de la description méticuleuse au flux de conscience onirique. Chacun apportait un éclairage différent sur l’œuvre comme sur l’auteur du texte, avec beaucoup de liens entre musique et arts visuels. (Voici le programme : PDF.)

Qu’aurait-il fallu mieux communiquer? À cause du titre « Le projet OCADU », certaines personnes (qui ne sont pas allées au-delà du titre) s’attendaient à de la musique interprétée dans le cadre d’une exposition. Peut-être aurait-on dû choisir un autre titre ou encore décrire le projet de diverses manières et plus souvent. (Je n’ai rien contre la présentation de musique et d’expositions d’arts visuels côte à côte, mais notre objectif consistait à amener des jeunes à écouter, à réfléchir par l’écriture et à monter une programmation.) Quant au fait d’avoir plusieurs notes de programme différentes circulant dans la salle, j’espérais que les gens échangent leurs documents, voire qu’ils les collectionnent. Or, malgré les directives imprimées sur les programmes et les consignes que j’ai énoncées sur scène, les spectateurs s’en sont tenus à la feuille qu’ils avaient ramassée à l’entrée. Si c’était à refaire (et Continuum a failli toucher une subvention pour faire ce projet avec un groupe de 300 étudiants en philosophie chaque année pendant trois ans), je réprimerais l’envie de circuler dans l’assistance pour échanger les programmes entre les mains des gens, mais j’essaierais d’être plus claire. Et je referais ce projet chaque année, pour que le public s’habitue au concept.

Grâce à ce petit projet, quinze étudiants se sont débattus avec ce qu’ils entendaient; ils ont couché leurs réflexions sur papier, puis la moitié d’entre eux sont venus au concert. Et nous avons eu l’occasion d’apprendre comment ils percevaient une expression musicale qui nous est si familière que nous sommes parfois sourds à une partie de sa signification ou, à tout le moins, de son effet. Une expérience à refaire, à mon avis.

Pour en savoir plus sur cette initiative, écrivez à Jennifer Waring, jwaring@interlog.com.

Nous sommes à la recherche de bons coups à partager! Si vous connaissez ou avez participé à un projet particulièrement inspirant touchant à l’intéressement du public, écrivez à Louise Campbell, mlouisecampbell@gmail.com

 

Adresse URL directe : Des étudiants en commissariat et en critique d’art rencontrent Continuum dans le cadre du Projet OCADU
Retourner à l’édition mai 2015 du Bulletin du RCMN

Couverture_Circuit_25-1

Le RCMN et la revue Circuit, musiques contemporaines sont heureux de vous annoncer la mise en place de leur partenariat. Celui-ci vise à offrir aux membres du RCMN la possibilité de s’abonner à Circuit à un tarif préférentiel, de même qu’une offre gratuite. Pour en savoir plus, cliquez ici !

 

Adresse URL directe : Vous aimeriez connaître Circuit ?
Retourner à l’édition mai 2015 du Bulletin du RCMN

Nous recevons encore des renouvellements d’adhésion pour 2014-2015 par la poste et le site web. C’est grandement apprécié! Ceux qui n’ont pas encore réglé leur adhésion ont reçu récemment un courriel avec une facture en pièce jointe. Veuillez le faire ce mois-ci.

Pourquoi? Lisez le billet très convaincant de notre ancien président Tim Brady. Il date de 2013, mais on aurait pu l’écrire hier.

Pour toute question, communiquez avec Stephanie Moore – assist@newmusicnetwork.ca

 

Adresse URL directe : Le RCMN a besoin de vous!
Retourner à l’édition mai 2015 du Bulletin du RCMN

Depuis décembre 2014, l’adhésion au RCMN a augmenté de 15 membres. Plus notre réseau compte de membres, plus il peut représenter et réseauter fortement notre communauté. Nous souhaitons chaleureusement la bienvenue à nos nouveaux membres et nous espérons que cela marque le début d’une longue et fructueuse collaboration.

Voici la liste des nouveaux membres. Plusieurs d’entre eux ont des sites Internet. D’ailleurs, nous encourageons tous nos membres à apprendre à se connaître les uns les autres. Vous trouverez une liste complète des membres sur notre site, consultable par catégorie, par région et par nom. 

Qui sera la prochaine recrue?

Nouveaux membres votants

Maureen Batt NS http://www.maureenbatt.com/
Gabriel Dharmoo QC http://www.gabrieldharmoo.org/
Cheryl Duvall ON http://www.cherylduvall.com/
Lukas Pearse NS http://lukaspearse.ca/

Nouveaux membres d’appui

Glen Bilodeau QC
Patrick Davison ON http://www.reverbnation.com/thisisthefeels
Kimberley Farris-Manning BC
Ryan Fauds ON
Gavin Goodwin AB
Nolan Krell BC https://sites.google.com/site/nolankrellcomposer/
Cyndie Mason BC http://www.myztery.net/
Evelin Ramon QC http://www.evelinramon.com/
Stefani Truant ON http://nac-cna.ca/en/orchestra
Ghazaleh Vahdati QC
Olivia Wachter BC

 

Adresse URL directe : Bienvenue à nos nouveaux membres, mai 2015
Retourner à l’édition mai 2015 du Bulletin du RCMN

Vous avez un article pour le prochain numéro du bulletin du RCMN?

Téléchargez les directives rédactionnelles; elles se trouvent tout en haut de la page Nouvelles.

 

Adresse URL directe : Le coin des membres – pour proposer un article
Retourner à l’édition mai 2015 du Bulletin du RCMN

Sous la direction de Tim Brady, l’ICN a commandé un document de recherche qui vient appuyer, d’une manière scientifique et universitaire, leurs arguments sur la valeur des musiques « spécialisées ».  (suite…)