Emily Doolittle (Non-régional) (Membre, 2016-aujourd’hui)

Emily Doolittle

Je suis ravie d’entrer au conseil d’administration du RCMN à titre de membre ne représentant aucune région. Au cours de ma vie de compositrice, j’ai résidé dans plusieurs pays : Canada, États-Unis, Pays-Bas, Finlande, Allemagne et maintenant l’Écosse. Même si chacun de ces pays recèle des musiciens fantastiques qui ont de fabuleuses choses musicales à offrir, le temps que j’ai passé à l’extérieur du Canada m’a permis de comprendre à quel point la communauté canadienne des musiques nouvelles est unique en son genre. On y trouve une telle diversité d’approches, un si grand nombre de réseaux régionaux et nationaux forts et utiles, et surtout un réel sentiment d’être tous embarqués dans la même aventure. Chaque chose utile à l’un d’entre nous peut l’être à tous.

À titre de membre du CA ne représentant pas une région, je m’intéresse aux moyens d’entretenir des liens entre les compositeurs et les interprètes canadiens résidant au Canada et ceux à l’étranger, afin de faire connaître les œuvres canadiennes dans le monde et d’encourager les collaborations internationales. Je m’intéresse aussi aux moyens permettant d’encourager les ensembles, les séries de concerts et les festivals à programmer à inclure, dans leur programmation, de nouvelles œuvres qui reflètent la diversité des compositeurs canadiens (sexe, origine ethnique, région, style, etc.). J’œuvrerai au RCMN au nom de tous les membres de la communauté des musiques nouvelles canadiennes.

On a dit de la musique d’Emily Doolittle qu’elle est « magistrale » (Musical Toronto), « éloquente et efficace » (The Whole Note) et qu’elle « va droit au cœur » (The Whole Note). Mme Doolittle a reçu des commandes de l’Orchestre Métropolitain, Tafelmusik, Symphony Nova Scotia et de l’Ensemble contemporain de Montréal. Elle a reçu des bourses de Sorel Organization, du Conseil des arts du Canada, d’Opera America et de la Fulbright Foundation. Parmi ces projets récents, mentionnons : Seal Songs, une pièce de 30 minutes inspirée de la selkie, un personnage du folklore gaélique (il s’agit d’une commande de Paragon et du Voice Factory Youth Choir de Glasgow) ; un concerto pour le violoniste Calvin Dyck et le Vancouver Island Symphony ; et une résidence de composition de cinq mois au Max Planck Institute for Ornithology à Seewiesen, en Allemagne. Originaire de la Nouvelle-Écosse (Canada), Mme Doolittle a étudié à la Dalhousie University, à l’Indiana University, au Koninklijk Conservatorium et à Princeton. De 2008 à 2015, elle a fait partie du corps professoral du Cornish College of the Arts à Seattle. Elle vit actuellement à Glasgow, en Écosse.

emilydoolittle.com
https://www.facebook.com/EmilyDoolittleComposer/