Sarah Albu (QC) (Membre, 2016-aujourd’hui)

Sarah Albu

Comme artiste, j’ai fréquemment marché sur le fil entre milieu universitaire et scène « do-it-yourself ». Je suis donc ravie de pouvoir, au sein du conseil d’administration du RCMN, être à l’écoute des besoins des artistes et aider à créer un espace où la définition des musiques nouvelles puisse évoluer. Je m’intéresse particulièrement à ce que cela implique pour l’inclusion des diverses formes de création à travers le pays, ainsi qu’aux moyens qui nous permettent d’entrer en relation les uns avec les autres par le biais de l’amour et de l’écoute (pour bon nombre d’entre nous, c’est ce qui nous a attirés vers la musique et le son). Je crois fermement que, malgré la diversité de nos antécédents, les artistes, ensembles et organismes que nous tentons de réunir sous l’égide du RCMN sont unis par un engagement et une curiosité envers l’art de faire et de vivre les sons. À titre de membre du CA, j’ai l’intention d’encourager la communication et le partenariat, autant au sein des « musiques nouvelles » que vers l’extérieur, dans nos communautés plus larges et avec nos collègues qui pratiquent d’autres disciplines.

Sarah Albu est chanteuse, actrice et artiste multidisciplinaire spécialisée dans l’art vocal au confluent de la musique et du théâtre. Elle habite à Montréal. Soliste très recherchée en musique contemporaine et expérimentale, elle collabore avec deux nombreux musiciens, ensembles, compositeurs, cinéastes, dramaturges et artistes œuvrant entre les disciplines. Elle a enregistré et autoproduit son premier album solo en 2013.

En outre, Sarah est improvisatrice, conceptrice sonore, choriste, artiste bruitiste expérimentale et musicienne de yoga. Ses projets d’interprétation et de composition s’inspirent d’une pléthore de styles musicaux et de traditions historiques. Originaire de Windsor, en Ontario, Sarah a fait ses premiers pas en musique comme bassiste autodidacte dans un groupe punk, choriste à l’église et interprète et enseignante en comédie musicale. Sa carrière a été marquée jusqu’à présent par les hauts faits suivants : l’interprétation de Pierrot lunaire de Schoenberg au Banff Centre for the Arts à l’occasion du centenaire de cette œuvre phare ; l’interprétation de Miss Donnithorne’s Maggot de Peter Maxwell Davies et Les Sept Crimes d’amour de Groges Aperghis avec l’Ensemble Paramirabo de Montréal ; deux rôles dans l’opéra immersif Miss Fortune’s Portmanteau de Vocalypse Productions (Halifax) ; un programme théâtralisé et spatialisé pour voix solo et électroniques présenté par Codes d’Accès ; une série d’interventions musicales et de conférences performatives sur la voix et le positionnement avec Ruby Kato Attwood ; et un concert-cabaret d’humour noir intitulé Songs and Niaiseries avec les improvisateurs vocaux Gabriel Dharmoo et Elizabeth Lima. Sarah Albu a étudié le chant classique, le théâtre et la performance à l’Université Concordia. En septembre 2016, elle a entamé des études supérieures au Conservatoire de La Haye.

http://www.sarahalbu.com/