Conseil d'administration

Un mot de la nouvelle présidente – octobre 2016

Mes expériences dans l’organisation de projets collaboratifs comme l’Oreille fine, SHIFT et, plus récemment, Gaudeamus : Deconstructed and Reconstructed ont confirmé ma conviction du bien-fondé de la mise en commun des ressources et de l’importance fondamentale des contacts personnels, qui créent d’occasions de collaboration artistique et d’échange, dans l’épanouissement de la pratique des musiques nouvelles. Ces idées importantes sous-tendent les FORUM du RCMN : collaboration locale pour monter des événements; rassemblements pour partager des idées et, au final, provoquer du neuf. Je m’efforce de prêter mon expérience et mon énergie à cet effort. Je suis particulièrement intéressée à assurer aux jeunes créateurs une place dans les structures établies (pendant mon passage chez Continuum, cet organisme faisait constamment de la place aux compositeurs émergents) et de tisser des liens sur la scène internationale.”

Jennifer Waring est co-fondatrice de l’ensemble Continuum de Toronto, dont elle a été la directrice artistique pendant plusieurs années. Sous sa férule, l’ensemble a passé plus de 150 commandes d’œuvres, enregistré quatre disques compacts et fait plusieurs tournées canadiennes et deux tournées en Europe. Elle s’est mise à s’intéresser à l’interdisciplinarité dans des projets touchant àla danse, le cinéma et l’installation, et aussi l’architecture, la philosophie et la science. L’Oreille Fine (2005) était conçu en collaboration avec Mark Kingwell – un festival de concerts et un symposium réunissant philosophes, poètes, critiques et psychologues autour de l’idée d’expression contemporaine dans une forme artistique classique. SHIFT est né d’une résidence d’un an chez Gaudeamus à Amsterdam, grâce à une bourse de la Metcalf Foundation. Ce festival binational de musique, de littérature et de cinéma canadien et néerlandais (2008-09) était présenté à Amsterdam et à Toronto. Il rassemblait une quarantaine d’artistes de chaque pays et de nombreux diffuseurs, dont le Harbourfront Authors Festival, l’Images Festival, Impakt (Utrecht), Gaudeamus, Asko|Schönberg, l’Ives Ensemble, Muziekgebouw aan ‘t IJ, ainsi que des radiodiffuseurs néerlandais et canadiens. Certains organisateurs néerlandais continuent d’utiliser le modèle créé par SHIFT dans leurs festivals bilatéraux.

Jennifer a monté Music by the Masses avec le Toronto Symphony Orchestra, où les spectateurs et le grand public étaient invités à composer des pièces pour des trios de musiciens symphoniques, avec l’aide de compositeurs professionnels. Le projet, rebaptisé Composing for a Change, a connu plusieurs autres éditions avec les orchestres Kitchener-Waterloo Symphony et Music Toronto.

Flûtiste de formation, Jennifer a étudié à Ottawa, à Londes et à Paris. Elle détient une maîtrise en interprétation de la University of Toronto. Elle enseigne au Royal Conversatory of Music depuis 22 ans.

Crédit : Dahlia Katz

Crédit : Dahlia Katz

J’ai participé à mon premier FORUM en janvier 2016 ; j’ai été frappée par l’étendue et le sérieux de l’expérience des conférenciers. En pouvant rencontrer et côtoyer des participants canadiens créatifs et des innovateurs européens, j’ai pu élargir mon point de vue sur la création musicale et la diffusion de la musique. J’ai été encouragée par le nombre croissant d’individus et d’organismes qui s’efforcent de rendre notre communauté plus accueillante pour les personnes qui ont été exclues pendant longtemps. La collaboration est au cœur de ma pratique de création ; elle est aussi essentielle à mon travail de pédagogue, de facilitatrice, de mentor et de compositrice résidente. À titre de membre du conseil d’administration, j’ai l’intention de tisser des collaborations fructueuses avec mes collègues du CA afin de poursuivre le développement de ce précieux réseau national.

La compositrice néo-zélando-canadienne Juliet Palmer a été décrite comme une « postmoderniste dotée d’une conscience » (The Listener) dont les œuvres « traversent tant de genres qu’elles méritent leur propre catégorie » (Toronto Star). Sa musique a été programmée à travers le monde. On a pu l’entendre au Lincoln Center de New York, au Southbank Centre de Londres, au Huddersfield Contemporary Music Festival, au Bath International Festival, à Voix Nouvelles France, au festival italien Angelica, aux Soirées de musiques nouvelles de Bratislava, au festival Musica Ficta en Lithuanie, au festival NYYD en Estonie, au Festival d’Istanbul, à Soundculture Japan, à l’Adelaide Festival, au New Zealand International Arts Festival et au festival canadien Sound Symposium. Juliet est directrice artistique d’Urbanvessel, une plateforme de collaboration interdisciplinaire. À venir : Sweat, un opéra a cappella coécrit avec l’auteure Anna Chatterton (Center for Contemporary Opera de New York) ; Vermilion Songs pour le ténor Simon O’Neill et NZTrio (Nouvelle-Zélande) ; et The Man Who Married Himself (Toronto Masque Theatre).

http://www.julietpalmer.ca

Sean Clarke

Au FORUM 2016 à Ottawa, j’ai ressenti une affinité immédiate avec les objectifs du RCMN : renforcer la communauté des musiques nouvelles, encourager la collaboration, donner une voix à une importante forme artistique canadienne. Le principe d’inclusion au cœur du réseau est essentiel à la constitution d’une communauté artistique riche et pertinente. À titre de compositeur et d’interprète, je me suis engagé à faire ressortir l’importance des musiques nouvelles dans la société canadienne et à reconnaître l’importance d’avoir un organisme national comme le RCMN pour atteindre ce but. J’ai œuvré dans diverses capacités au sein de la communauté des musiques nouvelles, dont comme compositeur, comme interprète de musiques nouvelles et traditionnelles dans un contexte de musique de chambre et de musique orchestrale, comme producteur de concerts, comme membre du CA de New Works Calgary et enfin comme théoricien dans des congrès universitaires. J’apporte mon expérience et mon enthousiasme au conseil d’administration du RCMN, où je travaillerai pour cet organisme important et l’ensemble de la communauté des musiques nouvelles. 

Le compositeur et flûtiste Sean Clarke est originaire de Calgary (Alberta). Il a étudié la flûte et la composition au Royal Northern College of Music en Angleterre, ainsi qu’à l’Université de Calgary, avant d’obtenir un doctorat en composition instrumentale à l’Université de Montréal, où il était dirigé par Ana Sokolovic et Jonathan Goldman. Ses œuvres ont été jouées aux États-Unis, en France et à travers le Canada, y compris à la CBC. Sean a également composé plusieurs œuvres pour jeunes interprètes, dont une pièce qui a été publiée par le Royal Conservatory of Music de Toronto.

Sean a présenté ses recherches théoriques dans plusieurs congrès nationaux et régionaux, dont à la Société de musique des universités canadiennes (où son article a été retenu comme finaliste pour le prix George-Proctor de la Fondation SOCAN), à la South Central Society for Music Theory (où il a reçu le prix du meilleur article rédigé par un étudiant) et à la West Coast Conference of Music Theory and Analysis.

Sean le flûtiste s’est produit dans des festivals de musiques nouvelles à Montréal, Calgary et Saskatoon. Il a joué comme musicien supplémentaire avec l’Orchestre philharmonique de Calgary. Il a aussi participé à la série hommage de la Société de musique contemporaine du Québec et à la série Schulich Professional Concert Series de l’Université McGill.

www.sean-clarke.com
https://soundcloud.com/seanclarkecomposer-1
https://www.musiccentre.ca/node/138590/showcase

Po_Yeh

J’ai été vivement impressionnée par les forums nationaux du RCMN, autant à Calgary (2014) qu’à Ottawa (2016), et j’accorde une très grande importance au rôle du RCMN dans l’établissement de relations et le rapprochement entre pédagogues, compositeurs, musiciens et organismes du milieu des musiques nouvelles. Je m’intéresse particulièrement à l’érection d’une vision et d’une orientation stratégique à long terme pour le RCMN. J’aime travailler avec le personnel, le conseil d’administration et les membres du RCMN en vue de bâtir une communauté nationale forte et que nous défendions ses projets.

Po Yeh s’investit dans la communauté artistique comme administratrice, gestionnaire et bénévole auprès d’organismes artistiques locaux, nationaux et internationaux. Elle est actuellement directrice de l’engagement corporatif et communautaire chez Honens et aussi directrice de New Works Calgary et Land’s End Ensemble, deux des principaux organismes de musique contemporaine à Calgary. Elle est présidente de la Semaine de la musique canadienne à la Fédération canadienne des associations de professeurs de musique. Elle est membre du conseil d’administration de la Cowtown Opera Company et Luminous Voices, et, en plus, elle gère un studio de musique. Diplômée en gestion de la University of British Columbia, elle détient le titre de CPA/CMA (Comptable professionnel agréé / Comptable en management accrédité).

Membres

Clemens Merkel_2015

Je suis ravi et fier d’être membre du conseil d’administration du RCMN. J’ai fait la connaissance du RCMN lors du FORUM de Halifax en 2010. L’expérience d’une communauté d’artistes, de diffuseurs et de producteurs des quatre coins du pays qui se réunissent pour passer trois jours à échanger, discuter, planifier, rêver et jouer de la musique a eu la force d’une révélation pour moi. 

Pendant cette fin de semaine là, notre pays gigantesque (à peu près de la taille de l’Europe, mais avec moins de 5 % de sa population) a commencé à me révéler son identité musicale, à travers tous ces gens dont j’avais entendu parler sans les avoir rencontrés, tous ces compositeurs, ces interprètes et ces diffuseurs que je connaissais, mais avec qui je n’entretenais pas une relation personnelle. Les FORUM suivants m’ont énormément aidé à comprendre la vie culturelle du Canada.

À travers mon travail dans le Quatuor Bozzini, j’ai acquis de l’expérience dans le réseautage, la tournée, la création d’œuvres et la codirection d’une petite entreprise très dynamique. C’est ce que j’ai à apporter au CA du RCMN. J’espère aussi apprendre de mes collègues du CA. La musique au Canada et la musique du Canada vivent une période charnière; je suis heureux de participer à leur développement.

Le son inhabituel de Clemens Merkel – l’intime pureté de son timbre, sa compréhension du vocabulaire microtonal et des langages harmoniques inhabituels, sa délicatesse sans pression – définit une nouvelle sensibilité en musique contemporaine. Bien connu pour ses interprétations novatrices de Bach et de John Cage, Merkel est aussi très recherché par les compositeurs du monde entier qui voient en lui une source d’inspiration pour de nouvelles œuvres. Ses collaborateurs vont du collectif Wandelweiser à la communauté montréalaise de musique actuelle et des expérimentateurs en émergence aux grands compositeurs d’aujourd’hui.

Depuis 1999, le son inusité de Merkel a fusionné avec celui du Quatuor Bozzini, l’un des plus grands quatuors à cordes au monde. Cet ensemble a mentoré toute une génération de créateurs par l’entremise de son programme Composer’s Kitchen; il a publié de nombreux albums salués par la critique sur sa propre étiquette « collection qb »; il parcourt le monde chaque année pour jouer dans les grands festivals; et il continue d’avoir un impact profond sur la scène musicale à travers le Canada et, tout particulièrement, en Europe. Le Quatuor Bozzini produit lui-même, pour son public montréalais, des événements inusités qui rapprochent des univers éloignés et qui font tomber les cloisons entre les styles, les générations et les cultures.

Après une première carrière en Europe où il a apporté sa contribution aux grands ensembles de ce continent, Merkel a élu domicile à Montréal en 2000. Il soutient et défend les musiques nouvelles au Québec et au Canada. D’ailleurs, il a effectué plusieurs mandats de conférencier, de commissaire et de conseiller. Il contribue aussi au milieu universitaire, que ce soit par ses articles pour la revue Circuit ou par son enseignement à l’Université Concordia. Passionné de cuisine, il habite dans le quartier portugais de Montréal avec sa femme Isabelle Bozzini et leurs enfants Félix et Béatrice.

http://quatuorbozzini.ca/

Mon premier contact avec la communauté du RCMN remonte à ma participation à une table ronde du FORUM de 2014 à Calgary, où des praticiens s’étaient réunis pour représenter les musiques nouvelles dans toutes leurs orientations émergentes et établies.

Mon objectif au conseil d’administration consiste à soutenir les membres du RCMN, à contribuer à la croissance de la communauté d’artistes et de publics à travers le pays et les frontières, ainsi qu’à participer aux conversations sur l’art sonore appliqué à la pédagogie.

Brenda Cleniuk est chercheure, théoricienne, stratégiste et commissaire au confluent de la performance, des arts visuels et des nouveaux médias. Elle a mis sur pied et organisé des expositions, des symposiums, des performances, des interventions, des concerts et des résidences. Détentrice de baccalauréats en littérature, en psychologie et en Beaux-Arts de l’Université de Regina, elle a fait des stages au Musée des beaux-arts du Canada et à la MacKenzie Art Gallery. Elle a étudié la musique classique et la musique contemporaine pendant plusieurs années, et elle regrette de s’être débarrassée de sa Fender Stratocaster trop tôt !

Brenda a mené quelques modestes projets de publication qui se trouvent à la Bibliothèque nationale du Canada, chez FORMATS, au Metropolitan Museum of Art Contemporary Archives et au Saskatchewan Arts Board. Elle a participé à divers comités et commissions pour des jurys régionaux, nationaux et internationaux. Elle a aussi prononcé des conférences à l’ISEA, à l’Université de Regina et à la Conférence canadienne du Gouverneur général sur le leadership. Elle a parcouru le Canada, l’Europe et les États-Unis pour produire ou organiser des projets en provenance de ces régions du monde.

Depuis 2007, ses projets en musiques nouvelles incluent la présentation de Phill Niblock et Katherine Liberovskaya chez Neutral Ground, un concert solo de Kim Cascone et, plus récemment, la présentation d’une itération improvisée en concert de « EPIC_Tom » avec Julie Andreyev, Simon Lysander Overstall et trois membres de l’Orchestre symphonique de Regina (Simon Fryer, Marie-Noëlle Berthelet et Simon MacDonald) à Regina en 2016.

https://www.linkedin.com/in/brenda-cleniuk-800b0311/

Kathryn Ladano

Étant interprète, pédagogue, directrice artistique et militante des arts et de la musique contemporaine dans le sud de l’Ontario, ma place au sein du conseil d’administration du RCMN me permettra de travailler aux côtés de membres de la communauté nationale des arts ayant les mêmes intérêts que moi, tout en donnant de la visibilité à la scène artistique de mon coin de pays, Kitchener-Waterloo. J’accorde une grande importance aux réalisations du RCMN. J’offre à cette excellente association mon expérience de membre de CA, de directrice générale et de directrice artistique d’organismes locaux dans le domaine de la musique contemporaine. La scène des musiques contemporaines mérite d’être célébrée. Grâce aux efforts du RCMN, nous pouvons l’aider à croître et à s’épanouir.

Kathryn Ladano est spécialiste des musiques contemporaines et improvisées. Elle s’est produite comme soliste et musicienne de chambre à la clarinette basse, à travers le pays comme à l’étranger. Kathryn est très active dans l’enseignement et la création. Elle est directrice artistique des concerts NUMUS, directrice d’ICE (Improvisation Concerts Ensemble) et monitrice du studio d’improvisation de la Wilfrid Laurier University et professeure de clarinette basse à la University of Waterloo. Elle a publié un premier disque compact, Open, en 2010 ; on y trouve de nouvelles compositions et des improvisations. Elle a aussi publié l’album …listen avec le duo Stealth en compagnie du percussionniste Richard Burrows. Elle mène actuellement des études doctorales à la York University de Toronto sous la direction de Casey Sokol. Ses recherches portent sur la pédagogie de l’improvisation, ainsi que sur la relation entre diverses formes d’anxiété et la pratique de l’improvisation libre.

www.kathrynladano.com
www.soundcloud.com/kathryn-ladano
https://twitter.com/KathrynLadano
https://www.facebook.com/Kathryn-Ladano-72279177034/
https://www.youtube.com/user/bclarinet

Emily Doolittle

Je suis ravie d’entrer au conseil d’administration du RCMN à titre de membre ne représentant aucune région. Au cours de ma vie de compositrice, j’ai résidé dans plusieurs pays : Canada, États-Unis, Pays-Bas, Finlande, Allemagne et maintenant l’Écosse. Même si chacun de ces pays recèle des musiciens fantastiques qui ont de fabuleuses choses musicales à offrir, le temps que j’ai passé à l’extérieur du Canada m’a permis de comprendre à quel point la communauté canadienne des musiques nouvelles est unique en son genre. On y trouve une telle diversité d’approches, un si grand nombre de réseaux régionaux et nationaux forts et utiles, et surtout un réel sentiment d’être tous embarqués dans la même aventure. Chaque chose utile à l’un d’entre nous peut l’être à tous.

À titre de membre du CA ne représentant pas une région, je m’intéresse aux moyens d’entretenir des liens entre les compositeurs et les interprètes canadiens résidant au Canada et ceux à l’étranger, afin de faire connaître les œuvres canadiennes dans le monde et d’encourager les collaborations internationales. Je m’intéresse aussi aux moyens permettant d’encourager les ensembles, les séries de concerts et les festivals à programmer à inclure, dans leur programmation, de nouvelles œuvres qui reflètent la diversité des compositeurs canadiens (sexe, origine ethnique, région, style, etc.). J’œuvrerai au RCMN au nom de tous les membres de la communauté des musiques nouvelles canadiennes.

On a dit de la musique d’Emily Doolittle qu’elle est « magistrale » (Musical Toronto), « éloquente et efficace » (The Whole Note) et qu’elle « va droit au cœur » (The Whole Note). Mme Doolittle a reçu des commandes de l’Orchestre Métropolitain, Tafelmusik, Symphony Nova Scotia et de l’Ensemble contemporain de Montréal. Elle a reçu des bourses de Sorel Organization, du Conseil des arts du Canada, d’Opera America et de la Fulbright Foundation. Parmi ces projets récents, mentionnons : Seal Songs, une pièce de 30 minutes inspirée de la selkie, un personnage du folklore gaélique (il s’agit d’une commande de Paragon et du Voice Factory Youth Choir de Glasgow) ; un concerto pour le violoniste Calvin Dyck et le Vancouver Island Symphony ; et une résidence de composition de cinq mois au Max Planck Institute for Ornithology à Seewiesen, en Allemagne. Originaire de la Nouvelle-Écosse (Canada), Mme Doolittle a étudié à la Dalhousie University, à l’Indiana University, au Koninklijk Conservatorium et à Princeton. De 2008 à 2015, elle a fait partie du corps professoral du Cornish College of the Arts à Seattle. Elle vit actuellement à Glasgow, en Écosse.

emilydoolittle.com
https://www.facebook.com/EmilyDoolittleComposer/

Jennifer Butler

J’ai assisté à deux FORUM du RCMN et, chaque fois, l’expérience a élargi ma définition des musiques nouvelles au Canada, en plus de me faire découvrir des praticiens, des diffuseurs et des penseurs. J’en ressors plus profondément connectée au reste du pays. Au FORUM 2014 à Calgary, j’avais animé une discussion intitulée « Se donner une voix : la place des femmes dans les musiques nouvelles et l’art sonore ». Cette expérience a donné lieu à un grand nombre de conversations et de partages de cas vécus, chose qui continue aujourd’hui. Je crois en l’importance vitale du RCMN, parce que le réseau arrive à rapprocher une brochette fascinante d’individus, ce qui crée un lieu de conversation fantastique qui n’existe pas dans les autres domaines. À titre de membre du conseil d’administration du RCMN, je me donne, entre autres objectifs, celui d’accorder une plus grande importance à ces discussions et à ces sujets. Mon implication au sein du CMC, de la LCC et du comité consultatif de la SIMC pour les Journées mondiales de la musique contemporaine m’a permis d’acquérir des connaissances et des compétences dont je souhaite maintenant faire profiter le RCMN.

Née en 1976, la compositrice et flûtiste Jennifer Butler habite à Vancouver (C.-B.). Le silence, la transformation organique et les superpositions de textures occupent une place importante dans bon nombre de ses œuvres. Elle détient un doctorat en arts musicaux (2009) et une maîtrise en composition (2002) de la University of British Columbia. Elle a étudié la composition principalement avec Glenn Buhr, Peter Hatch, Omar Daniel, Keith Hamel et Brent Lee.

Plusieurs artistes canadiens d’exception lui ont commandé des œuvres ou ont interprété et endisqué ses œuvres, dont le Vancouver Intercultural Orchestra, le Victoria Symphony, Vancouver New Music, le Thin Edge New Music Collective, Standing Wave, l’Ensemble Lunatik, et le Vancouver Symphony Orchestra. Ses œuvres ont été jouées et diffusées partout au Canada et aux États-Unis. Sa participation, à titre de compositrice et d’interprète, depuis 2000, au projet interdisciplinaire annuel And Wolf Shall Inherit the Moon de R. Murray Schafer a eu une influence considérable sur sa démarche artistique.

Jennifer a été présidente du conseil de la Ligue canadienne des compositeurs de 2011 à 2014. Elle est actuellement membre du conseil d’administration des organismes vancouvérois Redshift Music et Standing Wave, en plus de son nouveau poste au CA du RCMN. Elle siège aussi au comité consultatif de l’édition 2017 des Journées mondiales de la musique contemporaine de la SIMC.

www.jenniferbutler.ca
soundcloud.com/jaebutler
https://www.musiccentre.ca/node/37759/showcase

Sarah Albu

Comme artiste, j’ai fréquemment marché sur le fil entre milieu universitaire et scène « do-it-yourself ». Je suis donc ravie de pouvoir, au sein du conseil d’administration du RCMN, être à l’écoute des besoins des artistes et aider à créer un espace où la définition des musiques nouvelles puisse évoluer. Je m’intéresse particulièrement à ce que cela implique pour l’inclusion des diverses formes de création à travers le pays, ainsi qu’aux moyens qui nous permettent d’entrer en relation les uns avec les autres par le biais de l’amour et de l’écoute (pour bon nombre d’entre nous, c’est ce qui nous a attirés vers la musique et le son). Je crois fermement que, malgré la diversité de nos antécédents, les artistes, ensembles et organismes que nous tentons de réunir sous l’égide du RCMN sont unis par un engagement et une curiosité envers l’art de faire et de vivre les sons. À titre de membre du CA, j’ai l’intention d’encourager la communication et le partenariat, autant au sein des « musiques nouvelles » que vers l’extérieur, dans nos communautés plus larges et avec nos collègues qui pratiquent d’autres disciplines.

Sarah Albu est chanteuse, actrice et artiste multidisciplinaire spécialisée dans l’art vocal au confluent de la musique et du théâtre. Elle habite à Montréal. Soliste très recherchée en musique contemporaine et expérimentale, elle collabore avec deux nombreux musiciens, ensembles, compositeurs, cinéastes, dramaturges et artistes œuvrant entre les disciplines. Elle a enregistré et autoproduit son premier album solo en 2013.

En outre, Sarah est improvisatrice, conceptrice sonore, choriste, artiste bruitiste expérimentale et musicienne de yoga. Ses projets d’interprétation et de composition s’inspirent d’une pléthore de styles musicaux et de traditions historiques. Originaire de Windsor, en Ontario, Sarah a fait ses premiers pas en musique comme bassiste autodidacte dans un groupe punk, choriste à l’église et interprète et enseignante en comédie musicale. Sa carrière a été marquée jusqu’à présent par les hauts faits suivants : l’interprétation de Pierrot lunaire de Schoenberg au Banff Centre for the Arts à l’occasion du centenaire de cette œuvre phare ; l’interprétation de Miss Donnithorne’s Maggot de Peter Maxwell Davies et Les Sept Crimes d’amour de Groges Aperghis avec l’Ensemble Paramirabo de Montréal ; deux rôles dans l’opéra immersif Miss Fortune’s Portmanteau de Vocalypse Productions (Halifax) ; un programme théâtralisé et spatialisé pour voix solo et électroniques présenté par Codes d’Accès ; une série d’interventions musicales et de conférences performatives sur la voix et le positionnement avec Ruby Kato Attwood ; et un concert-cabaret d’humour noir intitulé Songs and Niaiseries avec les improvisateurs vocaux Gabriel Dharmoo et Elizabeth Lima. Sarah Albu a étudié le chant classique, le théâtre et la performance à l’Université Concordia. En septembre 2016, elle a entamé des études supérieures au Conservatoire de La Haye.

http://www.sarahalbu.com/

marc-olivier lamontagne

Je suis ravi de me joindre au conseil d’administration du RCMN. J’espère pouvoir aider cet organisme crucial et unique en son genre à s’épanouir encore plus. Bâtir des ponts et encourager la pollinisation entre les provinces, les régions et les villes compte parmi les plus grands défis à relever pour se doter d’un environnement culturel qui encourage la libre circulation des créateurs et des projets et ainsi permettre aux communautés d’apprécier et de participer à la célébration des différences et des similarités culturelles qui définissent notre nation. J’ai l’intention d’utiliser mon siège au CA pour renforcer le réseau et apporter un point de vue francophone et québécois sur nos travaux.

 

Marc-Olivier Lamontagne est un guitariste canadien qui se spécialise dans l’interprétation de la musique contemporaine sur les guitares classiques et électriques. Il se produit régulièrement avec le Nouvel Ensemble Moderne et Bradyworks et a collaboré avec de nombreux organismes de musique nouvelle tels que le Quatuor Bozzini, l’ECM +, Quasar, Orchestre 21, The Music Gallery, Paramirabo, Projections libérantes et Chants Libres. Il est le fondateur et directeur artistique de l’Ensemble Punctum (spécialisé dans la musique pour instruments à cordes pincées) et Ciao Rhino (un quatuor de musique mixte) et a été un membre fondateur de l’Ensemble La Machine. Entre 2012 et 2104, il a été le directeur artistique de l’Ottawa New Music Creators et est aussi depuis 2015 directeur artistique de Codes d’accès, organisme de production pour la relève en musique nouvelle.

http://molamontagne.weebly.com/

 

Crédit : Susan Hall

Crédit : Susan Hall

https://megumimasaki.com

Norm Adams

J’ai participé au FORUM 2010 à Halifax, au FORUM 2014 à Calgary, et au FORUM 2016 à Ottawa. Là, j’ai découvert un groupe de personnes qui partagent mes buts, mes défis et mes préoccupations, en plus d’avoir d’excellents goûts musicaux! J’aimerais contribuer mon dynamisme au RCMN et à notre communauté afin de donner aux artistes et aux organismes une voix forte et résonante. Je suis passionnément convaincu que nous sommes plus fort ainsi unis, et j’aimerais apporter ma contribution en représentant les artistes et les organismes de l’Est du Canada et de partout au pays.

Je possède une expérience unique en son genre qui me permet d’appréhender une vaste gamme de pratiques liées aux musiques nouvelles. Je fais carrière comme musicien classique; je joue donc des œuvres de musique contemporaine, ainsi qu’un répertoire plus conventionnel de musique orchestrale et de chambre. Je suis aussi improvisateur, avec un intérêt marqué pour la musique électronique. Enfin, je suis Directeur artistique et administrateur d’un organisme artistique. À titre de premier violoncelliste du Symphony Nova Scotia et de membre régulier des comités de programmation du SNS, je connais bien comment fonctionne « l’establishment ». Parallèlement, au fil de mes treize ans à titre de directeur artistique et d’administrateur de suddenlyLISTEN Music, j’ai eu l’occasion d’organiser et de produire les concerts d’une vaste palette de musiciens contemporains repoussant les frontières de la création musicale, qu’ils soient improvisateurs internationaux ou talents locaux. Enfin, je suis le diffuseur fondateur de The Circuit, un collectif national de diffusion pour improvisateurs et musiciens expérimentaux en tournée.

C’est à la fois inspirant et énergisant de servir notre communauté nationale au CA du RCMN.

Norman Adams est premier violoncelliste de Symphony Nova Scotia, directeur artistique de suddenlyLISTEN et aussi violoncelliste, improvisateur et musicien en musique électronique. Il explore les domaines de la musique, de la création sonore et de la performance. Norman a interprété des musiques classiques, improvisées et nouvelles à travers le Canada et les États-Unis, ainsi qu’au Royaume-Uni et en France. Il a collaboré avec plusieurs grands artistes comme Joëlle Léandre, Eddie Prévost, Pauline Oliveros, Gerry Hemingway, Jean Derome and Marilyn Crispell. Outre le RCMN, Norm siège au CA de Strategic Arts Management et au comité du prix Masterworks du Lieutenant-Gouverneur de la Nouvelle-Écosse. Il a publié plusieurs enregistrements, dont un disque compact de solos de violoncelle. En 2010, il a été attribué un Prix d’artiste établi (Established Artist Award) par le Nova Scotia Arts and Culture Partnership Council pour son travail varié.

www.normanadams.ca
www.suddenlylisten.com
www.soundcarrier.net

Jérôme Blais

Je suis très heureux de faire encore partie du conseil national d’administration du RCMN. J’ai pour but de renforcer la voix qui représentera les musiques nouvelles dans les provinces atlantiques et de donner plus de visibilité à notre région sur l’échiquier national. Depuis plus de 15 ans, j’ai acquis une vaste expérience auprès de nombreux organismes musicaux. Ainsi, j’ai été membre du conseil d’administration de Codes d’accès à Montréal, du conseil régional du CMC au Québec, de la Société québécoise de recherche en musique, de la Ligue canadienne des compositeurs et du Quatuor de saxophones Quasar. Je suis actuellement président du conseil atlantique du CMC et, à ce titre, je participe au conseil national de cet organisme. Depuis mon arrivée à Halifax, il y a près de dix ans, je me suis impliqué dans le milieu des musiques nouvelles, à titre d’artiste et de représentant d’une grande institution, la Dalhousie University. Enfin, ma démarche de compositeur est vaste, englobant la musique de chambre, la musique improvisée et la musique orchestrale, ce qui me place en bonne posture pour intéresser d’autres intervenants des musiques nouvelles, quelle que soit leur expérience.

Après avoir étudié la théorie musicale à l’Université McGill, Jérôme Blais a fait sa maîtrise et son doctorat en composition à l’Université de Montréal. Ses œuvres proposent un amalgame original de composition traditionnelle et d’improvisation. Elles ont été interprétées par plusieurs ensembles, dont Symphony Nova Scotia, l’Ensemble contemporain de Montréal, l’ensemble Rosa d’Amsterdam, le quatuor de saxophones Quasar, Quatuor Bozzini, Bradyworks, Arraymusic et Continuum. Il a été invité par plusieurs festivals, dont Newfound Music à St. John’s (Terre-Neuve), Shattering the Silence à Wolfville (Nouvelle-Écosse) et OK.Quoi? à Sackville (Nouveau-Brunswick). En 2010, la Société de musique des universités canadiennes l’a invité à prononcer une conférence à son congrès annuel. Mentionnons, parmi les récentes performances prestigieuses de ses œuvres, « Es ist genug! » interprétée par la pianiste canadienne Ang Li au Carnegie Hall (New York) et à Hong Kong, ainsi qu’un extrait de son cycle lyrique « Songs for Milena » (dédié à la mémoire de la journaliste tchèque Milena Jesensnká) interprété par l’Orchestre métropolitain de Yannick Nézet-Séguin (Montréal). « Mouvance » (sur des textes du poète acadien Gérald Leblanc) et « Rafales » (pour hautbois seul) étaient en lice pour le prix ECMA de la composition classique de l’année en 2013 et 2014. « Mouvances » figure sur l’album « Between the Shore and the Ships » primé album classique de l’année par l’ECMA. Jérôme Blais est actuellement professeur de composition et de théorie musicale à la Dalhousie University de Halifax (Nouvelle-Écosse).

www.jeromeblais.ca

 

crédit photo : Sven Boecker

J’ai vécu ma première expérience avec le Réseau canadien pour les musiques nouvelles au FORUM 2008 à Toronto. Dès ce moment, j’ai compris que le RCMN offre une rare occasion de réseauter sur l’ensemble du vaste territoire canadien. Depuis, année après année, j’ai l’impression que l’organisme est au cœur de mes liens avec les musiciens et les mélomanes du pays.

Au CA du RCMN, je représente la Colombie-Britannique. J’y constate tout le travail que fait l’organisme : la planification, le plaidoyer, la recherche de moyens pour rapprocher des gens de cultures, de langues et de régions différentes. Tout cela est central à la mission du RCMN. Je m’efforce d’apporter aux activités du réseau mon expérience de producteur et de diffuseur, et de contribuer à sa planification mon expérience d’administrateur et de collecteur de fonds.

David Pay est le fondateur ainsi que le directeur artistique de Music on Main à Vancouver, des postes qui lui ont valu une réputation internationale comme l’un des programmateurs de musique classique et contemporaine les plus à l’avant-garde de nos jours.  Depuis 2006, la série a produit plus de 250 événements de musiques classiques, nouvelles et métissées avec plus de 700 musiciens et presque 50 créations mondiales.  Selon la revue Gramophone (Angleterre), Music on Main « fournit à l’ouest du Canada l’une des meilleures vitrines sur la scène post-classique » et d’après le Huffington Post, la programmation de Dave « s’étend sur le champ de l’expérience humaine ».

En tant que consultant indépendant en arts se spécialisant en planification stratégique, en marketing, en levée de fonds et en production, David a travaillé avec des organismes artistiques, des musiciens et des vidéastes de premier plan. Il a été membre du corps professoral de l’Arts & Entertainement Management Department de la Capilano University, en plus de son rôle de directeur adjoint, à l’automne et à l’hiver, pour les programmes en musique du Banff Centre. Ses articles et entrevues portant sur la musique sont publiés sur CarnegieHall.org et dans la Vancouver Review. En outre, il a été producteur artistique du gala d’ouverture de Classical:NEXT (Rotterdam, mai 2015) et il est directeur artistique de l’édition 2017 des Journées mondiales de musique contemporaine de la SIMC (Vancouver, novembre 2017).

www.musiconmain.ca

Anciens membres

cnmnboardtbrady

J’ai été président du RCMN depuis sa création en 2005 jusqu’à 2014. J’y crois parce que je suis convaincu que la créativité musicale a un rôle important et positif à jouer dans la société. Et nous devons travailler ensemble à accroître l’influence des musiques nouvelles au Canada. C’est pourquoi nous avons fondé le RCMN : pour que notre communauté entière dispose d’un endroit où collaborer : compositeurs, interprètes, ensembles, improvisateurs, électroacoustique, musiques de monde, orchestres, musiciens « DIY », etc. – ce n’est pas une question de catégories, mais une question d’imagination musicale et d’expression humaine.

L’établissement d’un rapport plus efficace avec l’auditoire canadien et international est un des enjeux majeurs qui touchent les musiques nouvelles au Canada. Depuis 2011, le RCMN développe une nouvelle stratégie appelée l’Initiative pour du contenu numérique. Nous le savons tous : sans supports numériques de qualité pour représenter notre travail dans le monde, nous sommes invisibles.  Comme membre du conseil d’administration, mon but premier consistera à faire avancer ce projet. Le RCMN possède maintenant une bonne infrastructure et une solide histoire; je les mettrai à profit, ainsi que l’expérience et les relations que j’ai développées en dix ans de travail dans la politique culturelle au sein du RCMN pour faire progresser cette initiative. Ceci est une tâche complexe et intimidante, qui n’est pas rendue plus facile par le climat politique actuel, mais qui est essentielle pour l’avenir de la musique canadienne.

2014 – Dernier message du président:

“Lors des neuf dernières années comme président du RCMN, j’ai passé de nombreuses heures à réfléchir à la créativité musicale, à tenter de la définir pour nous, à tenter de la défendre devant les bailleurs de fonds et le grand public, à tenter d’articuler les raisons qui font que nous croyons cette créativité musicale absolue si essentielle à notre société. Je n’ai pas de réponse simple et univoque, mais, en son cœur, la création de musique pour l’amour de l’art de la musique est un geste social et politique frappant. Créer de la musique qui cherche à embrasser toute l’étendue et la complexité de la condition humaine, c’est tout un boulot. Or, c’est ce que nous avons choisi de faire. C’est une approche humaniste par définition qui repose sur une société qui reconnaît la valeur de chaque être humain. L’art, y compris les musiques nouvelles, est principalement affaire d’expérience humaine, et non de profit économique ou de pouvoir politique.

C’est pourquoi on voit souvent les arts de création comme une menace aux structures économiques et politiques en place. Nous vivons dans une société où règne, actuellement, un équilibre raisonnable entre ces deux forces : la vision humaniste et la vision économico-politique. Néanmoins, cet équilibre change constamment.

Ainsi, je prie tous les membres du RCMN de se souvenir que, chaque fois qu’ils composent un nouveau morceau, qu’ils entrent sur scène pour donner un concert ou qu’ils parlent de l’importance de la musique dans la société, ils participent alors à un discours sociopolitique qui forge le monde dans lequel nous vivons. Les musiques nouvelles ont un rôle à tenir dans cette grande discussion, et il est important que notre communauté prennent ce rôle au sérieux. Je crois que le RCMN est en parfaite position pour être un chef de file dans cette discussion. J’espère que mes neuf ans à la présidence auront aidé à bâtir une organisation forte et crédible et à démontrer la force positive que peut exercer la créativité musicale dans le développement social.”  [2014]

«Le RCMN représente notre meilleure chance de faire progresser notre communauté par la collaboration. Depuis sa création en 2005, le RCMN a commencé à forger une voix forte et cohérente qui réunit toutes les formes de musiques nouvelles au Canada. J’espère pouvoir poursuivre ce travail en améliorant nos réseaux régionaux, en renforçant notre réseau national, en améliorant l’infrastructure du RCMN et en poussant plus loin notre lobbying auprès de FACTOR, de Patrimoine canadien, de MusicAction, de Radio-Canada/CBC et de plusieurs partenaires nationaux et régionaux dans le domaine de l’enseignement. À partir du succès de nos Forums, nous pouvons bâtir une idée positive de ce que les musiques nouvelles, sous toutes leurs formes, peuvent offrir à la population canadienne.»  [2012]

«À titre de membre fondateur du RCMN, je suis convaincu que les musiques nouvelles peuvent tenir un rôle vital, dynamique, positif et imaginatif au sein de la vie culturelle canadienne. Mais nous y parviendrons uniquement si nous œuvrons, comme une communauté d’artistes créatifs, pour rendre ces musiques extraordinaires accessibles à tous les Canadiens. Le RCMN est le meilleur forum qui soit pour établir ce genre de collaboration. Ce regroupement joint compositeurs, interprètes, ensembles, improvisateurs, diffuseurs et enseignants, afin d’unir leur voix pour la cause des nouvelles musiques créatives de concert au pays.»  [2008]

 

Tim Brady est compositeur, interprète, directeur artistique et militant culturel installé à Montréal. Il travaille comme artiste professionnel pigiste depuis 1980. Il a réalisé 20 disques compacts et des dizaines de tournées au Canada, aux États-Unis, en Europe et en Australie, en plus d’avoir travaillé avec des diffuseurs et des orchestres de renom, comme les orchestres symphoniques de Winnipeg, Vancouver, Québec, Montréal et Toronto, la SMCQ, la VNMS, le FIMAV, New Music Concerts, le Nouvel Ensemble Moderne, le festival Open Ears, le festival Huddersfield, Topology, l’ABC (Australie) et Radio-France. Il a été président du RCMN de 2005-2014.

www.timbrady.ca

CNMN_Board_A_Perron

«Ayant participé au deux derniers forums en tant que membre, je crois sincèrement pouvoir contribuer au futur de l’organisme. Mon expertise en tant que compositeur agréé au Centre de musique canadienne et en tant que chef d’orchestre, ainsi que mon poste de professeur de composition à l’Université de Regina sont certainement de précieux atouts. Mes études en administration (marketing) m’ont également amené à occuper des postes importants tel que celui d’Administrateur artistique associé au sein de l’Orchestre symphonique de Québec de 2000-2002 et celui de Directeur artistique du Nouvel Ensemble à Cordes de Québec (NEC) de 2000 jusqu’à présent. J’ai aussi présenté des conférences en Pologne, en Italie, en Corée ainsi qu’au Canada. J’ai été à plusieurs reprise membre de jurys et de comités au Conseil des Arts du Canada, au Conseil des arts et des lettres du Québec, au Manitoba Arts Council, pour nommer que ceux-là. Je suis membre du CLC (Canadian League of Composers), de la SOCAN (la Société des droits d’auteurs canadiens), du CMC (Canadian Music Centre), UCP (Polish Composers Union), AFM (American Federation of Musicians) et bien sûr, du CNMN (Canadian New Music Network). De plus, je m’exprime dans les deux langues officielles adoptées par le réseau et je représente la francophonie hors Québec.»

Né à Cap-Santé, près de Québec, Alain Perron a fait ses études en hautbois et en composition à Trois-Rivières et à Québec. Il a obtenu sa maîtrise en 1989 à l’Université Laval dans la classe de François Morel. Ayant obtenu, en 1993, une bourse du Canada (CRSH) et une bourse du Québec (FCAR), deux bourses d’excellences, il a terminé au printemps 1996 ses études de doctorat en composition à l’Académie de musique de Cracovie, Pologne, avec Krzysztof Penderecki.

Il s’est mérité plusieurs premiers prix de composition, catégorie orchestre, notamment le «Sir Ernest MacMillan» de la SOCAN, le «Winnipeg New Music Festival du Maurier Ltd» ainsi que le «Mosaïco Music Festival» en Corée. Il a reçu des commandes de composition d’œuvres par des ensembles réputés tels l’Orchestre symphonique de Québec, le Nouvel Ensemble Moderne, le Winnipeg Symphony Orchestra, le Jugendkammerorchester de Stuttgart, l’Orchestre symphonique de Sherbrooke, le Quatuor Claudel et la Sinfonia de Lanaudière, le Manitoba Chamber Orchestra, l’Orchestre du Centre National des Arts d’Ottawa, le Nouvel Ensemble à Cordes de Québec, le Quatuor Nelligan, Rocco Parisi en Italie, l’Orchestre symphonique du Saguenay-Lac-Saint-Jean, le National Youth Choir, le Rubbing Stone Ensemble, le Trio Fibonacci, l’Ensemble Transmission, le Quatuor Bozzini, Sixtrum ainsi que plusieurs autres pour la Société Radio-Canada et CBC.

De nombreuses œuvres d’Alain Perron sont offertes sur disque compact et sont jouées dans plusieurs pays d’Europe, d’Asie et de l’ex-URSS. Il poursuit parallèlement une carrière de chef d’orchestre et de musicien pour divers ensembles (hautbois et cor anglais). Il est directeur artistique du Nouvel Ensemble à Cordes de Québec. Depuis juillet 2002, il occupe le poste de professeur de composition à l’Université de Regina, où il est également directeur musical du University Orchestra, du Student’s New Music Ensemble et du University of Regina New Music Ensemble.

Stacey Brown

Originaire de la Colombie-Britannique, établie au Québec et ayant de la famille à Terre-Neuve, j’ai eu la chance de visiter le Canada de la côte Ouest à la côte Est ainsi que d’expérimenter plusieurs activités culturelles différentes à la grandeur du pays. Je suis membre du RCMN depuis 2009 et Vice-présidente du conseil d’administration depuis 2012. J’ai joué un rôle actif aux deux derniers FORUMS nationaux, d’abord à Vancouver en 2012 en tant qu’Aide linguistique et Coordonnatrice d’hébergement et plus récemment à Calgary en 2014 comme Coordonnatrice d’aide linguistique. Je suis convaincue plus que jamais de la valeur qu’à ce type d’organisme dans le paysage artistique canadien. Le dialogue rendu possible en réunissant des gens de partout au pays possédant des intérêts communs est fondamental à la survie et au succès de nos objectifs partagés, ainsi qu’à nos besoins ou désirs individuels ou plus régionaux.  Je sens fortement que les réseaux nationaux se bâtissent une relation à la fois, et c’est un honneur pour moi de contribuer à l’expansion continue du RCMN en renouvelant ma participation au sein du conseil d’administration. J’apporte de bonnes capacités de communication dans les deux langues officielles ainsi qu’une volonté manifeste de jouer un rôle actif dans les activités et initiatives du conseil d’administration. Je crois personnellement dans le potentiel de voir notre membership s’accroître afin d’inclure un groupe aussi divers que possible d’artistes et de partisans de la musique nouvelle.

 

Compositrice agréée du Centre de musique canadienne, membre de la Ligue canadienne des compositeurs et Trésorière du Réseau canadien pour les musiques nouvelles (2014-2016), Stacey Brown est diplômée en composition de la University of Victoria (BMUS) et de l’Université de Montréal (MMUS, DMUS). Sa production musicale est diverse, allant d’œuvres solistes, vocales, de chambre, mixtes et orchestrales à la musique pour la danse, le théâtre et le cinéma, à l’opéra. Ses projets de création et de recherche démontrent un intérêt marqué pour les collaborations interdisciplinaires et multimédias, et sa musique est interprétée à travers le Canada. En plus d’être chargée de cours à l’Université du Québec à Montréal et à l’École de musique Vincent-d’Indy, Stacey Brown est l’auteure d’articles analytiques publiés dans la revue L’Éducation musicale en France. Elle écrit présentement pour contre-ténor et orchestre un nouveau cycle de mélodies (textes par Bertrand Laverdure) qui sera créé en 2015 par Daniel Cabena et l’Orchestre de la francophonie sous la direction de Jean-Philippe Tremblay.

www.staceybrown.ca

« J’appuie entièrement la mission au coeur du RCMN et je crois que l’union fait la force des réseaux collaboratifs et coopératifs. Je suis enthousiaste et plus que prête à contribuer au Réseau canadien pour les musiques nouvelles. »

Heidi Ouellette est une compositrice, commissaire et instigatrice enthousiaste installée à Winnipeg. Elle est co-fondatrice et directrice de Cluster : New Music + Integrated Arts Festival, un festival annuel de son et d’art contemporains se déroulant à Winnipeg MB et servant de plateforme pour les artistes afin qu’ils puissent créer, expérimenter et collaborer. Heidi est récemment devenue la directrice exécutive de GroundSwell, l’éminente série de musique nouvelle à Winnipeg. Membre active et passionnée de la scène artistique et culturelle locale, elle est vice-présidente du Central Canadian Centre for Performance (CCCP) et elle a récemment contribué à núna (now), à la Winnipeg Folk Festival et à la Arts and Cultural Industries Association of Manitoba (ACI Manitoba).

Intéressée par les concepts biologiques, les expériences et l’alchimie, ses compositions incorporent souvent des matériaux recyclés ou empruntés, l’improvisation et la collaboration avec d’autres musiciens et disciplines. Parmi ses projets récents, mentionnons la présentation collaborative de son opéra de chambre The Gashlycrumb Tinies avec l’ensemble PAZZIA Performance Collective de Londres, la création de l’œuvre In Glorious Technicolor/YELLOW commandée par le quatuor Emerado et un nouveau cycle de mélodies, I know where the summer goes, enregistré pour un album à venir, Songs of the Red River Valley.

www.clusterfestival.com
www.gswell.ca

«J’ai observé avec grande admiration l’énergie et l’enthousiasme qui ont accompagné la genèse et les premières années du CNMN/RCMN; c’est maintenant un grand plaisir de pouvoir m’impliquer activement. Je crois que notre action collective est la meilleure manière d’atteindre l’objectif du déplacement libre et aisé de musiques et de musiciens à travers le pays – et au-delà de ses frontières. Comme membre réélu du conseil d’administration, je compte travailler à élargir la notion d’inclusion qui, à mon avis, est le moteur qui pousse l’action collective de l’avant.»

Ayant commencé ses études formelles comme corniste, Jim Montgomery a complété un Baccalauréat en musique en interprétation et en composition au Baldwin Wallace College Conservatory of Music. Il se dédie à la musique électroacoustique depuis les années 1970 alors qu’il arrivait comme étudiant à la maîtrise, à la University of Toronto, où il a étudié avec Gustav Ciamaga et John Weinzweig. Il est membre fondateur et actif du Canadian Electronic Ensemble, le groupe électroacoustique avec la plus longue durée de vie au monde.

En tant qu’Administrateur en arts, Jim Montgomery a été le directeur général du Canadian Electronic Ensemble de 1976 à 1983, directeur administratif de New Music Concerts de 1984 à 1987 et directeur artistique de la New Music Gallery de 1988 à 2005. Jim Montgomery est l’ancien président de la Ligue canadienne des compositeurs et siège actuellement sur le Conseil d’administration du Réseau canadien pour les musiques nouvelles (CNMN/RCMN) à titre de secrétaire. Il a enseigné à la Faculté de l’éducation de la University of Toronto où il a développé un cours en médias électroniques.

Parmi ses activités récentes : musique originale, conception sonore et maître de chœur pour The Women of Troy (2013) et The Crucible (2014) présentés au Leigha Lee Browne Theatre de la University of Toronto Scarborough. Il a aussi été musicien participant et gestionnaire de Bluffers Lookout, un projet d’enregistrement qui a souligné le 40e anniversaire du Canadian Electronic Ensemble en avril 2014.

Jim Montgomery est élève et instructeur à la Cold Mountain School of Martial and Healing Arts (Toronto) où il enseigne le Karate Uechi-ryu. Il détient le grade de Yondan (ceinture noire, 4e degré).

Kyle Brenders

J’ai passé les 18 derniers mois au conseil du RCMN, comme administrateur par intérim, en remplacement de Jerry Pergolesi. Cette période m’a permis de déceler certaines des forces et des faiblesses de notre association. Nous sommes forts parce que, peu importe votre pratique musicale, vous trouverez dans notre réseau des gens qui pensent comme vous et qui partagent les mêmes passions que vous. Le FORUM 2014 du RCMN à Calgary a démontré que nous avons tous des buts similaires et que nous nourrissons les mêmes espoirs envers notre musique; en nous unissant, nous sommes en mesure de nous soutenir les uns les autres et de repousser les limites de la musique au Canada. Cela dit, il est clair que nous devons élargir notre propre définition, devenir plus inclusifs et élargir la palette des musiques exploratoires auxquels nous venons en aide.

Le RCMN est positionné pour influencer la perception culturelle des musiques inentendues et insuffisamment reconnues à travers le pays. Nous sommes forts parce que nos membres (parmi lesquelles on trouve des représentants de la vieille garde, riches en expérience à partager, et de jeunes meneurs qui œuvrent dans de nouveaux paradigmes) ont tous quelque chose à apprendre de leurs comembres. Ce n’est qu’en rassemblant ces personnes dans un environnement accessible et ouvert que nous pourrons faire progresser notre culture musicale nationale. Nous sommes faibles uniquement lorsque nous privilégions les uns par rapport aux autres. L’avenir du réseau repose sur un effort de redéfinition de la création musicale au pays, par la collaboration entre institutions reconnues. Ignorer cela nous fera manquer l’occasion d’étendre notre réseau afin de représenter réellement la culture musicale canadienne dans toute sa diversité.

 

Le Torontois Kyle Brenders est multi-instrumentiste, compositeur, improvisateur et gestionnaire des arts. Dans son travail, il cherche à fusionner les diverses expériences musicales qui l’ont forgé comme artiste créatif. Son intérêt pour les musiques qui tombent entre les genres et les idiomes lui a permis d’acquérir une personnalité musicale qui lui est propre. Il a étudié et joué avec Ab Baars, Anthony Braxton, Lori Freedman, David Mott, Alvin Lucier, Taylor Ho Bynum, Jean Derome, Gordon Allen, The Australian Art Orchestea, Malcolm Goldstein, Dan Snaith (Caribou), Evan Parker, Marshal Allen et Mary Halvorson. Avec son groupe, le Kyle Brenders Quartet, il explore l’idée du quatuor de jazz par le biais d’approches expansives de la composition et de l’improvisation. Kyle Brenders est affilié artistique de Soundstreams, où il programme la série Salon21 et s’occupe de la direction artistique des diffusions de concerts en direct et de Soundmakers.ca, en plus d’assumer de nombreuses autres tâches en lien avec la présentation de musiques contemporaines sur la scène nationale et internationale.

www.kylebrenders.ca

Ensemble In Extensio

La première fois que j’ai assisté à un FORUM du RCMN, je me suis retrouvée entourée de gens que j’avais connus à divers moments et lieux de ma vie, des personnes toutes passionnées par la pratique des musiques nouvelles. Avant cet instant, jamais je n’aurais cru qu’il était possible de les réunir dans une même pièce. Après tout, le Canada est un bien grand pays et, comme bien d’autres membres du RCMN, je me suis déplacé et j’ai vécu dans plusieurs régions canadiennes. Or, non seulement est-ce possible de réunir dans une même pièce des gens de partout au pays, mais le RCMN réussit à le faire encore et encore. Dès cet instant, je suis devenue une ardente partisane du RCMN et de son mandat : le réseautage (ce qui, pour moi, se traduit par le développement de notre communauté en renforçant les liens existants et en en tissant de nouveaux) et la représentation (ce qui, pour moi, signifie de travailler ensemble à améliorer collectivement notre réalité).

J’ai été membre du conseil d’administration de 2008 à 2012, période pendant laquelle j’ai eu le plaisir de jouer un rôle concret au sein du RCMN. J’ai participé au comité organisateur de FORUM 2009 à Montréal; pour FORUM 2012 à Vancouver et FORUM 2014 à Calgary, j’ai élaboré et mis sur pied le programme d’aide linguistique avec Stacey Brown; enfin, j’ai présidé le comité d’intéressement du public (2010-2012). Je crois qu’il est très important que le RCMN demeure inclusif et ouvert aux nouveaux membres. Comme membre réélu au conseil d’administration, je propose d’utiliser mon expérience auprès des musiciens émergents et ma pratique musicale pluristylistique pour recruter de nouveaux membres. Je compte aussi continuer de participer au comité d’aide linguistique afin que les activités du RCMN soient faciles à suivre dans les deux langues officielles.

 

Louise Campbell est clarinettiste, enseignante de la musique et défenseure des arts. À titre d’interprète, elle cherche à interroger et renouveler la forme traditionnelle du concert tout en encourageant la création de nouvelles œuvres. Elle est spécialisée dans la commande d’œuvres, la création pluridisciplinaire, les œuvres in situ et les activités de sensibilisation et de développement de l’auditoire. Elle est membre fondatrice et codirectrice artistique d’In Extensio et membre clé de Plumes.

Sa carrière a été marquée par la cocréation, avec In Extension, de R, une œuvre pluridisciplinaire entre musique, mouvement et vidéo (2013); l’interprétation de la musique de Hope for the Haunted, une nouvelle œuvre de cirque dirigée et créée par Valerie Dean et Don Rieder (2013); l’écriture et l’interprétation de musiques pour la réalisatrice Jeanette Pope (Dust, a sculptor’s journey, Festival du nouveau cinéma 2011; Berson Boys, Programme Kodak de cinéastes émergents à Cannes, 2009); la création de reeds, une œuvre pluridisciplinaire in situ s’inspirant des chants d’oiseaux (Sound Symposium, 2010); et une collaboration avec l’écrivaine Annie Abrahams et la réalisatrice Rebecca Barnstaple pour l’envoyer à mars pour y trouver la quiétude (2008), une installation texte, danse et musique. À titre de pédagogue, Louise utilise l’apprentissage par l’expérience pour que ses élèves apprennent et comprennent par la pratique. Elle réunit sa passion pour l’interprétation et l’enseignement dans l’élaboration de programmes de sensibilisation qui tournent autour de la pratique participative de la musique.

http://inexensio.org/en/louise-campbell
www.plumesensemble.com

cnmnboardpcram

«Pendant des années, on a parlé de la nécessité d’avoir un organisme qui défendrait, au Canada, la musique sérieuse qui ose puisé son inspiration au-delà de l’Europe. Le RCMN est la voix de notre nouveau monde. Selon moi, le RCMN doit aider l’essor de créateurs indépendants et de jeunes organismes susceptibles de jouer plusieurs rôles – interprètes, compositeurs, administrateurs – dans toute une gamme de genres. Le RCMN doit rassembler ces gens et ces organismes et les faire côtoyer de grandes institutions et des organismes bien établis, pour le bienfait de tous. Réfléchir au prochain Forum tout en organisant de nouveaux projets de sensibilisation populaire qui rapprocheront la communauté des musiques nouvelles des pédagogues, ainsi que des projets qui profiteront aux prochaines générations de musiciens instruits, audacieux et indépendants. Dans cette vision, j’inclus les aînés à la recherche de nouveaux horizons. »

Compositeur primé, saxophoniste, clarinettiste, improvisateur et explorateur intrépide, Paul Cram continue de renforcer, raffiner et pousser plus loin son expression musicale. Il a commencé sa carrière comme saxophoniste dans des groupes de R ‘n’ B et des cabarets, avant d’étudier la composition auprès d’Elliot Weisgarber (à la University of British Columbia) et du grand musicien de jazz Sam Rivers (à Banff). Il a lancé sa carrière nationale avec l’album « Blue Tales in Time » chez Sackville/Onari Records. Il a fait des tournées avec son Paul Cram Trio, avant de mettre sur pied le Paul Cram Orchestra (PCO) et d’enregistrer « Beyond Benghazi », son deuxième disque à avoir été mis en nomination pour un prix Juno (récemment réédité chez CD Baby/iTunes). En Nouvelle-Écosse, il mène depuis plusieurs années une carrière professionnelle de compositeur pigiste pour le théâtre, la danse et le cinéma. La musique qu’il a signée pour le film de la CBC « One Heart Broken into Song » lui a valu le prestigieux FIPA d’or (France). En 2002, le nouveau PCO a endisqué « Campin Out » lors d’un concert salué par la critique au Festival international de musique actuelle de Victoriaville. Depuis une prestation extraordinaire à Lisbonne et la parution du disque « Live in Lisbon », il explore des avenues internationales. Parmi ses projets musicaux actuels, on compte : Paul Cram Trio plus Aperture Trio equals 5 Flavours, Starry Nights Multi-band et l’ensemble de musique contemporaine A Love Upstream Nonet. M. Cram sollicite un troisième mandat au conseil d’administration de la SOCAN. Il a aussi acquis de l’expérience à titre de cofondateur et d’administrateur de plusieurs organismes dirigés par des compositeurs ou des improvisateurs à travers le pays : le New Orchestra Workshop de Vancouver (cofondateur), Contemporary Music Projects à Toronto (directeur artistique), ainsi que Hemispheres Music (codirecteur artistique) et Upstream Music Association (cofondateur et directeur artistique) à Halifax. Il fait actuellement partie du conseil d’administration du Réseau canadien pour les musiques nouvelles, un nouvel organisme national qui parle au nom de créateurs et de diffuseurs de tous types de musique savante. Enfin, il appartient à la Guilde des compositeurs canadiens de musique à l’image, à la Ligue canadienne des compositeurs et au Centre de musique canadienne.

www.paulcram.com/

cnmnboardjreid


«J’ai été touché par les fantastiques/merveilleuses expériences que j’ai vécues lors du FORUM 2010 du RCMN à Halifax. Je suis impressionné par la croissance de cette organisation et je désire lui apporter mon aide; peut-être qu’un jour la conférence pourrait se dérouler à Calgary! Mon expérience professionnelle inclut des concerts (saxophone, flûte), des présentations, de l’enseignement, du journalisme et de la composition, des rôles administratifs dans des comités exécutifs d’organisations de musique à but non lucratif, et 21 ans de service auprès du Centre de musique canadienne.»

J’occupe, à temps plein, le poste de directeur régional des prairies pour le Centre de musique canadienne. Voici quelques exemples de projets que j’ai menés à bien: création du prix Musique de l’Ouest canadiendans la catégorie «composition d’œuvre classique exceptionnelle», mise en place du volet de musique classique durant la cérémonie des JUNO, création du prix pour Compositeurs émergeants (en collaboration avec l’Orchestre symphonique de Winnipeg et le Festival de la nouvelle musique), participation dans le projet Nouvelles musiques — nouveaux espaces, enregistrement de Sons des prairiessur Centredisques, et 21 ans d’expérience dans la diffusion de musique canadienne à la radio.

22497

«Je suis entré en contact avec le RCMN pour la première fois en 2008, lors du FORUM de Toronto. J’y ai eu l’occasion d’entendre de nouvelles idées en matière de programmation, de formation du public et surtout de réseautage entre les communautés des musiques nouvelles. J’ai hâte de m’impliquer plus avant dans ce merveilleux organisme».

Le Canadien Brent Lee est musicien, universitaire et pédagogue. Il a étudié d’abord à l’Université McGill, puis à la University of British Columbia où il a obtenu un doctorat en 1999. Ses compositions vont de la musique pour orchestre à la musique électroacoustique, en passant par le jazz et la musique de scène. Son travail a été récompensé par des prix et des commandes de la CAPAC, de la SOCAN, du Conseil des arts du Canada, de l’Alberta Heritage Fund, de la fondation Gaudeamus (Pays-Bas), de l’Alberta Foundation for the Arts et du Concours international de musique électroacoustique de Bourges (France). Ses œuvres ont été présentées en concert et radiodiffusées dans plusieurs pays; plusieurs ont été publiées sur disque. Dans ses compositions et ses improvisations, M. Lee explore souvent la relation entre instruments acoustiques et traitement numérique. Cet intérêt s’étend à sa participation à titre d’interprète dans plusieurs ensembles d’improvisation, dont gems, Strictly Plutonic, Modus Vivendi et le Noiseborder Ensemble. En 2002, il a accepté un poste à la University of Windsor. De 2003 à 2006, il était compositeur en résidence au Windsor Symphony Orchestra. Il est compositeur agréé du Centre de musique canadienne depuis 1991. (BL, 2011)

cnmnboardcpalacioquintin

«J’ai suivi l’évolution du RCMN depuis ses tout débuts en 2003, et participé à trois Forums (Montréal 2009, Halifax 2010, Vancouver 2012). Étant à la fois interprète, improvisatrice, compositrice, producteure de concerts et gestionnaire des arts depuis plusieurs années à Montréal, je suis très consciente de l’importance de toute la chaîne de collaboration qui doit exister pour mieux diffuser la musique nouvelle. Je siège sur le Conseil d’administration du RCMN depuis mai 2010 et j’ai entrepris, comme trésorière, de structurer un système comptable plus adéquat, qui permettra la progression de notre organisation et en facilitera la gestion. Je souhaite donc poursuivre cet engagement et renouveler mon implication auprès de notre grande famille musicale. Le Réseau canadien pour les musiques nouvelles est un moyen efficace d’allier nos forces pour donner plus de visibilité à notre art. C’est avec beaucoup d’enthousiasme que je souhaite poursuivre mon travail au sein du C.A. Comme je connais de mieux en mieux les rouages de l’organisation ainsi que les membres, mon implication sera encore plus efficace lors d’un deuxième mandat comme trésorière.» [2012]

«Étant à la fois interprète, improvisatrice, compositrice, producteure de concerts et gestionnaire des arts depuis plusieurs années à Montréal, je suis très consciente de l’importance de toute la chaîne de collaboration qui doit exister pour mieux diffuser la musique nouvelle. Je suis convaincue que le Réseau canadien pour les musiques nouvelles est un moyen efficace d’allier nos forces pour donner plus de visibilité à notre art. Après avoir participé à quelques assemblées annuelles et à deux Forums du RCMN, je suis très heureuse de me joindre au Conseil d’administration pour participer plus activement aux activités du réseau.» [2010]

Musicienne polyvalente avide de création, la flûtiste-compositrice Cléo Palacio-Quintin (1971) participe à de nombreuses premières et performances multidisciplinaires, et compose des musiques instrumentales et électroacoustiques pour différents ensembles et oeuvres médiatiques. Depuis 1999, elle développe ses hyper-flûtes. Branchées à un ordinateur à l’aide de capteurs électroniques, ces flûtes augmentées permettent de créer des univers sonores qui combinent le son instrumental et électroacoustique. Ses oeuvres ont été interprétées par elle-même ou par divers ensembles dans plusieurs pays : Angleterre, Belgique, Canada, Danemark, États-Unis, France, Italie, Norvège, Pays-Bas, Suède, Suisse. En plus de composer de la musique de chambre avec électronique, elle se produit régulièrement comme soliste et improvisatrice, ainsi qu’avec son duo Fiolûtröniq. Cléo termine actuellement des études de doctorat en composition à l’Université de Montréal, où elle est aussi Chargée de cours. Elle a été compositrice en résidence à la Chapelle historique du Bon-Pasteur à Montréal de septembre 2009 à 2011. Très active au sein du Centre interdisciplinaire de recherche en musique, média et technologies (CIRMMT), elle recevait en 2008 le Director’s Interdisciplinary Excellence Prize en reconnaissance de son travail qui crée des liens novateurs entre les domaines scientifique, technologique et artistique. Le Conseil québécois de la musique lui a attribué le Prix Opus – Compositeur de l’année pour la saison artistique 2010-2011.

cnmnboardjpergolesi

«Contact Contemporary Music (dont je suis le codirecteur artistique) est membre du Réseau canadien pour les musiques nouvelles depuis ses débuts, ainsi qu’un membre actif de la Toronto Coalition of New Music Presenters depuis l’existence de notre organisme. J’ai vu l’impact local et national que peuvent avoir les initiatives de coopération. Je suis heureux de pouvoir apporter mon énergie et mon enthousiasme au RCMN».

Jerry Pergolesi est membre fondateur et codirecteur artistique de Contact Contemporary Music. Il détient un baccalauréat en musique de l’Université de Windsor, où il a étudié la composition et la théorie avancée auprès de Jens Hanson, ainsi que les percussions auprès de Carl Harris. Il détient aussi une maîtrise en musique (interprétation) de l’Université de Toronto, où il a étudié auprès de Russell Hartenberger. En plus d’une spécialisation en musique contemporaine de concert, Jerry a étudié la musique et la théorie musicale du Moyen-Orient auprès de George Sawa, la danse et les percussions africaines, ainsi que le gamelan javanais. Il joue aussi pour de nombreux artistes indépendants. À titre de percussionniste de Contact, Jerry a commandé et créé des œuvres de Wende Bartley, John Burke, Allison Cameron, Theo Mathien, Jordan Nobles, Deirdre Piper, Marci Rabe et Ann Southam. On lui doit la création mondiale de «Skin & Metal», une pièce de théâtre musical pour percussion et bandes sonores numériques, que Barry Truax a écrit pour lui et qu’il lui a dédié. En juillet 2008, Jerry Pergolesi participera au festival d’été Bang On A Can, avec l’artiste invité Terry Riley. Jerry a occupé des postes administratifs au sein d’Arraymusic, de l’Arabesque Dance Company et de la University Settlement Music & Arts School.

www.contactcontemporarymusic.ca

cnmnboardksunabacka

«Comme compositrice, diffuseure en musiques nouvelles et professeure de composition à Winnipeg et au Manitoba, je crois qu’il est important que la communauté canadienne des musiques nouvelles collabore à améliorer la musique au pays. Le travail du RCMN m’impressionne et m’inspire depuis ma première rencontre avec cet organisme, lors de l’assemblée de 2007 à Winnipeg. À titre de membre du conseil d’administration de Groundswell, je souhaite maintenir les liens qu’ont tissés avec le RCMN les autres administrateurs de Groundswell.» [2010]

Née à Winnipeg, Karen étudie la musique depuis l’âge de quatre ans. Elle est professeure adjointe en théorie et composition musicales au Providence College d’Otterburne, au Manitoba. En mars 2008, elle obtenait un doctorat en théorie et composition de la University of California, Davis.

Sa composition orchestrale «And Tsone Was A Great Calm» lui a permis de remporter le Concours pour compositeurs émergents, région des Prairies du Centre de musique canadienne. Cette œuvre a été donnée dans le cadre du New Music Festival du Winnipeg Symphony Orchestra en février 2009.

Les ensembles suivants ont également interprété les œuvres de Karen: Groundswell (Winnipeg), Empyrean Ensemble de Davis (Californie), Brandon Chamber Players (Canada), Left Coast Ensemble (San Francisco), Agassiz Chamber Players (Winnipeg), St. Margaret’s Anglican Church Choir (Winnipeg), St. Stephen’s Episcopal Church de Belvedere (Californie) et le Vancouver Symphony Orchestra (en lecture) dirigé par Maestro Bramwell Tovey. Groundswell, Brandon Chamber Players, Agassiz Chamber Players et St. Margaret’s Anglican Church lui ont commandé des œuvres.

Karen a présenté des communications sur les femmes et la musique électroacoustique à Paris, Los Angeles et Montréal. Sa musique électronique a été entendue dans de nombreux concerts et festivals, dont: Cellofest à UCDavis, CNMAT (Center for New Music and Audio Technology) à Berkeley, Merging Voices: Women in New Music Festival à Fullerton (Californie) et Electric Rainbow Coalition, un festival de musique électronique qui se tient au Dartmouth College (New Hampshire).

En 2006, Karen a remporté le prestigieux UCDavis Outstanding Graduate Student Teaching Award; elle adore enseigner la musique aux personnes de tout âge. Son implication dans l’enseignement à la jeunesse l’a poussée à fonder un camp d’été en arts pour enfants et adolescents à Winnipeg. Grande adepte du canoë, elle a mené plusieurs expéditions et puise beaucoup d’inspiration dans la nature.

son site web

22774

«Les artistes contemporains remettent en question les frontières des traditions en créant de nouvelles œuvres et promouvant des idées neuves qui intéressent les nouvelles générations d’artistes. En réponse, les traditionalistes se campent sur leurs positions en préservant les traditions pour les générations futures. En défiant la tradition, certains artistes contemporains viennent à la connaître si parfaitement qu’ils deviennent traditionalistes. Et en promouvant la tradition, certains traditionalistes la modernisent involontairement. Cet affrontement constant entre artistes contemporains et traditionalistes représente une relation symbiotique importante qui fait avancer la musique vers l’avenir, tout en gardant ses traditions bien vivantes. Le RCMN constitue une voix collective importante pour les musiciens contemporains et artistes sonores canadiens, tous genres confondus, parce qu’il défend la pleine reconnaissance de leur fonction vitale dans notre société.» [2010]

Sur scène ou en pleine jungle, avec des trésors nationaux ou de simples agriculteurs, Randy Raine-Reusch explore les sons et cultures du monde entier. Il a étudié la musique dans quatorze pays, joué sur cinq continents, travaillé avec les enfants et les invalides. On a tourné cinq documentaires et écrit de nombreux articles à son sujet. Il a conçu des pièces de théâtre interactif, écrit des articles et des livres sur la musique et les musiciens. Il a rencontré des princes, présidents et impératrices. Il a fondé des festivals, travaillé dans un cirque et accumulé une vaste collection d’instruments non occidentaux. Il a publié des poèmes, œuvré à la préservation de rares cultures musicales traditionnelles, donné des conférences sur la relation entre son, psychologie et spiritualité. Il a conseillé de nombreux musées de la musique en matière d’organologie et participé aux comités de plusieurs organismes internationaux. C’est un philosophe musical qui s’inspire du zen et du taoïsme pour créer des œuvres sonores et des partitions graphiques cherchant à redéfinir la perception. Il est actuellement directeur artistique et consultant du Rainforest World Music Festival et du Miri International Jazz Festival, tous deux à Bornéo, en Malaisie.

cnmnboardtpearson

«Je me suis jointe au RCMN après qu’on m’ait invitée à assister au premier congrès, à Winnipeg, en 2007. C’était encourageant de voir tant de gens impliqués dans les diverses facettes des musiques nouvelles ainsi réunis dans l’espace et dans le temps. Dans ce contexte changeant qu’est le nôtre, il est important et inspirant de communiquer à travers un organisme comme le RCMN et de se donner un cadre de réseautage, de collaboration et de partage des ressources, pour le développement de notre musique. Je suis sûre que les esprits brillants et courageux qui se rassemblent pour faire et diffuser cette musique trouveront des manières novatrices de la rendre plus pertinente pour le grand public et les plus petites communautés (géographiques, culturelles et autres). Nous avons l’occasion de faire tout cela, maintenant. Comme représentante de la Colombie-Britannique au conseil d’administration du RCMN, je suis consciente du caractère unique de chaque région et de chaque communauté. De la côte est, par le Québec et l’Ontario, jusqu’aux Prairies, au Grand Nord et à la Colombie-Britannique, on trouve à la fois des différences et des points communs dans la manière dont on fait et on produit les musiques nouvelles. Il s’agit d’une grande force. Et le RCMN nous permet d’apprendre les uns des autres, tout en défendant une présence dynamique, plurielle et ouverte des musiques nouvelles canadiennes.» [2008]

Tina Pearson travaille avec les sons depuis son enfance, lorsqu’elle écoutait attentivement la nature du Bouclier canadien. Compositrice-interprète et improvisatrice, elle a collaboré avec des chorégraphes, des danseurs, des artistes multimédia, ainsi que d’autres compositeurs et musiciens, à la création d’œuvres pluridisciplinaires jouant sur les frontières entre créateur, interprète et public, en plus d’explorer les contextes de la pratique artistique au sein de communautés réelles et virtuelles. Ses compositions et ses performances musicales ont été jouées ou diffusées dans les grandes villes du Canada, des États-Unis, de l’Europe, de l’Inde et de l’Asie de l’Est. Dans ses activités de programmatrice, Tina aime juxtaposer des formes et des pratiques divergentes, ainsi que programmer des concerts et des installations dans des lieux inhabituels. Les magazines Ear et Musicworks, entre autres, ont publié ses textes. Elle a enseigné au College of Art and Design de l’Ontario. Elle a aussi été rédactrice en chef de Musicworks. Elle vit présentement à Victoria, où elle est directrice artistique (musiques nouvelles) de l’Open Space Arts Society, directrice de l’ensemble électroacoustique LaSaM et mentore sonore pour MediaNet. Elle est également membre de la collaboration internationale en réalité mixte Avatar Orchestra Metaverse.

tinapearson.wordpress.com

cnmnboardjgzowski

«Je suis arrivé au conseil du RCMN en 2008. À travers mes activités de guitariste, de compositeur, de luthier, de concepteur sonore et, pour deux ans, de codirecteur artistique de la Music Gallery de Toronto, j’ai eu envie d’aider ma communauté musicale et de dire tout haut les inquiétudes qui l’habitent, alors que nous remodelons et raffinons nos relations avec nos bailleurs de fonds, nos diffuseurs et notre public. Je suis emballé par la musique qui se fait à Toronto et partout au Canada. Je m’intéresse particulièrement aux frontières où les genres se confondent et à la manière dont notre diffuseur national et les conseils des arts s’adaptent à ces nouvelles situations». [2008]

Mis en nomination pour un prix Juno, John Gzowski est un musicien aux intérêts multiples, dont certains sont nés de ses études auprès d’Alexina Louie, de James Tenney, d’Ann Southam et de Trichi Sankaran. Il compose de la musique pour la danse moderne, le cinéma et la télévision, en plus d’écrire de la musique nouvelle et de travailler comme concepteur sonore, luthier et guitariste. À ce dernier titre, il possède une vaste expérience de la musique classique, expérimentale, rock, jazz et du monde. Il a joué avec Elliott Sharp, John Zorn, Bobby Wiseman, N.O.M.A., Hemispsone’s, Maza Meze, Meryn Cadell et New Music Concerts. John a présenté son style de jeu très personnel dans divers festivals, dont le Sound Symposium de St. John’s, le Frostbite de Whitehorse, le Festival international de musique actuelle de Victoriaville, l’Open Ear Festival, l’American Festival of Microtonal Music (New York), ainsi que la plupart des festivals de jazz du Canada. Il a composé pour Critical Band, Hemispsone’s, Mecca, Arraymusic, Canadian Brass, Madawaska String Quartet, Dancemakers, Kaeja D’dance, Kate Alton, Michael Sean Marye et Julia Aplin, entre autres. Sa musique de scène lui a valu quatre prix Dora Mavor Moore. Il a construit des instruments conçus pour être accordés différemment.

www.johngzowski.com
www.actuellecd.com
www.cdbaby.com

cnmnboardjjackson

«Je suis présentement secrétaire du conseil d’administration du RCMN et présidente du sous-comité Internet qui soumettra des propositions pour la refonte du site». [2008]

Janice Jackson figure parmi les plus grandes interprètes canadiennes du répertoire vocal contemporain. Depuis la fin de ses études au conservatoire d’Utrecht (Pays-Bas, 1990), elle a créé plus de 140 œuvres en première mondiale, dont plusieurs ont été écrites pour elle. Elle s’est produite dans les festivals de musique moderne et les salles de concert du monde entier: Pékin, Paris, Vienne, Amsterdam, Hambourg, Torino, Toronto, Montréal, etc. Elle a fait de nombreux enregistrements radiophoniques pour la radio néerlandaise et la CBC. Elle est présentement directrice artistique de Vocalypse Productions, une organisation sise à Halifax et qui crée, commande et présente d’excitants événements musicaux qui repoussent les limites de la musique classique contemporaine et de l’improvisation vocale.

www.janicejackson.ca

www.vocalypse.ca

www.vocalarts.ca

«Je suis arrivé au conseil du RCMN en 2008. J’ai participé à l’organisation de concerts de musique contemporaine à Regina et ailleurs. Pour moi, le RCMN est une excellente ressource de réseautage avec la communauté élargie des musiques d’art du Canada. En cultivant des liens avec d’autres compositeurs et groupes, et en m’informant de leurs expériences, j’espère contribuer au développement de la communauté locale impliquée dans la création de musiques nouvelles et à la croissance de son public. Je souhaite aussi attirer l’attention nationale sur l’excellente musique qui se fait en Saskatchewan. Mon dernier but principal est de prendre part plus activement à l’organisation du Forum et de m’assurer que la Saskatchewan y soit représentée par un fort contingent.»

Jason Cullimore est compositeur de musique de concert et de musique pour le cinéma, la télévision et le théâtre. Il a remporté plusieurs prix. Natif de Regina (SK), Jason s’est mis au piano à l’école primaire. Également fasciné par les sciences, il s’est inscrit au baccalauréat en biologie à l’Université Queen après ses études secondaires. Cependant, son intérêt pour la composition allant grandissant (il avait d’ailleurs commencé quelques expériences au secondaire), il a renversé la vapeur, s’inscrivant à la maîtrise en psychologie musicale pour étudier la représentation cognitive de l’harmonie musicale. Il a suivi des cours privés de composition et de théorie musicale avec le compositeur Norman Sherman.

Après ses études, Jason s’est lancé dans une carrière de compositeur. Il est revenu à Regina pour s’impliquer dans le milieu local du cinéma et de la télévision, alors en pleine croissance. Depuis, il a partagé une nomination pour le Gémeau de la meilleure musique pour une série télévisée (2030 CE) et il a remporté un prix provincial Showcase pour la trame sonore du film Slatland. Le Victoria Symphony et les Regina Symphony Chamber Players ont joué sa musique d’art. Il est également un auteur-compositeur créatif. Il a remporté des prix en musique jazz, instrumentale et électronique dans de grands concours de chanson, dont le concours John-Lennon et le concours du Royaume-Uni. Jason poursuit toujours sa carrière à Regina.

«La promotion de la création musicale sous toutes ses formes est au cœur de mon action au CMC et, en tant qu’une des membres fondatrices du RCMN, je peux encore mieux défendre tant au plan politique qu’artistique cette nécessité fondamentale. Il faut arriver à obtenir un soutien financier adéquat pour les compositeurs, ainsi qu’une reconnaissance réelle de leur rôle vital dans la société par les politiciens, les médias et le public. C’est pour cela que je m’implique au CA du RCMN.»

D’abord licenciée en droit, ensuite détentrice d’une maîtrise en musicologie avec spécialisation en musique contemporaine canadienne, je dirige le Centre de musique canadienne au Québec depuis 1981.

«J’ai participé aux rencontres qui ont donné naissance au RCMN. Je représentais alors le Manitoba et la série de musiques nouvelles GroundSwell de Winnipeg. J’ai été membre fondateur du RCMN et son secrétaire jusqu’en mai dernier. J’ai organisé le premier Forum du RCMN (sur les médias), tenu à Winnipeg en février 2007. Je représente maintenant le Manitoba.»

Jim Hiscott est né en 1948 à St. Catharines, en Ontario. En 1971, après avoir obtenu sa maîtrise en physique théorique des particules, il est passé à la composition musicale. Il a étudié avec Samuel Dolin du Royal Conservatory of Music, ainsi qu’avec David Lidov et Richard Teitelbaum de l’Université York. Il a reçu le prix en arts créatifs de la Fédération canadienne des femmes diplômées des universités. Ses œuvres ont été jouées partout en Amérique du Nord, ainsi qu’en Europe et en Asie, par de nombreux artistes, dont l’ensemble Hilliard, le Quatuor à cordes Saint-Laurent, l’Orchestre symphonique de Winnipeg, l’Orchestre symphonique de Montréal, l’ensemble de la Vancouver New Music Society, Rivka Golani, Arraymusic et Relâche de Philadelphie.

Jim Hiscott a interprété ses propres œuvres à l’accordéon à boutons pendant le New Music Festival de l’Orchestre symphonique de Winnipeg, la série de la Vancouver New Music Society, le Big Squeeze Festival de Toronto, ainsi que sur la scène principale du Folk Music Festival de Vancouver. Il a joué à titre d’accordéoniste soliste auprès de l’Orchestre symphonique de Montréal, du Niagara Symphony, du New Orchestra du Kitchener-Waterloo Symphony et de l’Orchestre symphonique de Winnipeg.

Parmi les œuvres de Jim Hiscott créées récemment, on compte: Wolf Dreams (with Kolomayka) pour grand ensemble de chambre, créée par l’ensemble GroundSwell, sous la direction d’Alain Trudel; Shadow Play pour flûte et tabla, créée par Laurel Ridd et Shawn Mativetsky; Manimasii Aura pour accordéon à boutons et ensemble de chambre, créée par Simeonie Keenainak et le l’Orchestre radiophonique de la CBC, sous la direction d’Alain Trudel; Beating Heart pour violon et accordéon à boutons solos, avec orchestre de chambre, créée par Atis Bankas, Jim Hiscott et l’Orchestre de St. Mark’s dirigé par Daniel Swift; Magic Phoenix pour quatuor balinais wayang et claviériste-échantillonniste, créée par Maja Gender et Cheryl Pauls; River of Light pour quintette à vents, accordéon à boutons et contrebasse, créée par Orpheus Winds, Jim Hiscott et Eric Hansen; In Memoriam Walter Klymkiw pour chœur SATB, solistes et violon solo, créée par le Chœur Oleksandr Koshetz avec chanteurs solistes et la violoniste Gwen Hoebig, sous la direction de Laurence Ewashko; North Wind pour dizi et orchestre, créée par Xiao-Nan Wang et l’Orchestre symphonique de Winnipeg dirigé par Andrey Boreyko; enfin, The Sun and the Moon pour flûte et violoncelle, créée par Susan Hoeppner et Shauna Rolston.

La pièce String Quartet #2 figurant sur son récent disque Blue Ocean: Music of Jim Hiscott (CBC Records) a été finaliste dans la catégorie Meilleure Composition classique à l’édition 2004 des Western Canadian Music Awards.

cnmnboardjvaneyk

«Je suis fermement convaincu qu’en encourageant et promouvant les arts comme élément participant à une société équilibrée, nous pouvons enrichir et dynamiser la vie de tous les Canadiens. Depuis ma première répétition avec l’EMC2 à Ottawa, en 1991, jusqu’à mon poste actuel au Centre de musique canadienne, j’ai toujours soutenu cette idée à travers mon implication dans les musiques nouvelles. Néanmoins, les temps sont durs pour nous tous et réclament une action forte. Et une telle action n’est possible que si tout notre milieu se prend en main. Le RCMN a été créé pour susciter cette prise en main, nous permettre de développer et partager de l’information, rechercher et mettre en œuvre des solutions collectives, dynamiser un réseau de personnes et d’organismes engagés et, à terme, d’amener un changement positif. J’espère qu’avec mes propres compétences et mon expérience, je serai en mesure de bâtir des ponts entre le RCMN et les autres réseaux où j’évolue, soit la Conférence canadienne des arts, la Toronto Coalition of New Music Presenters, ArtsBuild Ontario et ArtsVote Toronto. Ensemble, en formant un réseau de réseaux, nous aurons un solide impact sur les arts au pays et tout particulièrement sur la place qu’occupent les musiques nouvelles dans les débats culturels»

Jason a repris son poste de directeur régional pour l’Ontario au Centre de musique canadienne en décembre 2008, après une absence d’un an pendant laquelle il a participé à mettre en place ArtsZone, un bureau d’aide tri-campus de la University of Toronto dédié à améliorer les communications, la coordination et la collaboration dans la communauté artistique de cette université. Il s’était d’abord joint au CMC en 2003.

Jason est un altiste accompli qui détient un baccalauréat en musique (magna cum laude) de l’Université d’Ottawa et une maîtrise en musique de la Eastman School of Music. Il a donné des concerts sur scène et sur les ondes, au Canada, aux États-Unis, en France, en Allemagne et en Italie, avec divers ensembles et sous la baguette de plusieurs chefs, dont Jeanne Lamon, Leon Fleischer, Brad Lubman et Robert Shaw.

En 2000, Jason obtenait un MBA spécialisé en administration artistique et médiatique de la Schulich School of Business de la York University. Depuis, il a été directeur de la mise en marché à la Canadian Stage Company et coordonnateur de la mise en marché (musique et arts visuels) au Harbourfront Centre. En 2003, peu après son arrivée au CMC, il recevait un prix spécial du Pfizer Award for Emerging Arts Managers, une distinction nationale sans pareil remise aux candidats méritants dans les premières années de leur carrière.

Plus récemment, Jason a élargi ses activités pour inclure l’écriture et l’enseignement. Portant sur le son et la musique, ses écrits ont été publiés la série uTOpia de Coach House Books; il est également chroniqueur en musiques nouvelles au magazine Wholenote et collabore à plusieurs périodiques de l’industrie de la musique. Il a fait partie du corps professoral de la Regent Park School of Music et a été chargé de cours à la University of Toronto, où il enseigne actuellement dans le programme Arts Management; il a coélaboré le programme Business of Arts pour le Cultural Careers Council of Ontario.

Jason est membre du conseil de gouvernance de la Conférence canadienne des arts, des conseils consultatifs du programme Scarborough Arts Management de la University of Toronto et d’ArtsBuild Ontario, ainsi que de l’Ontario Provincial Arts Service Organization Coalition. Récemment, il a été désigné président, Music Discipline, d’ArtsVote Toronto et président de la Toronto Coalition of New Music Presenters.

Infos sur le CMC — Ontario

«Le RCMN est une nécessité dans un pays aussi diversifié, stylistiquement et géographiquement.»

Roger Admiral est musicien pigiste. Il travaille dans la région d’Edmonton depuis 1991. Il est membre du Duo Kovalis, avec le percussionniste montréalais Philip Hornsey. Roger est codirecteur artistique (avec Andriy Talpash) du Plexoos Ensemble d’Edmonton. Ces dernières années, Roger a joué avec le baryton Nathan Berg au Lincoln Center (New York), comme soliste aux New Music Concerts (Toronto) dirigés par Robert Aitken, ainsi que comme récitaliste à Winnipeg, Milwaukee, Poznan, Katowice et Wroclaw.

Lawrence Cherney est membre de l’Ordre du Canada, récipiendaire de deux prix du Lieutenant-Gouverneur et du prix national de musique Chalmers, ainsi que directeur artistique de Soundstreams Canada, organisme qui, après 25 années sous sa férule, compte parmi les plus importants et dynamiques du genre au monde. Il s’est produit maintes fois à titre de hautboïste soliste et de récitant, au Canada, aux États-Unis, à travers l’Europe et en Israël. En tant qu’artiste invité, il a joué avec l’Orchestre radiophonique de la CBC à Vancouver, l’Orchestre symphonique écossais de la BBC, l’Orchestre de chambre du Manitoba, l’Orchestre symphonique de Québec, I Musici de Montréal, l’Ensemble Amadeus, le Quatuor à cordes Orford, le Colorado Quartet, et les Elmer Iseler Singers, entre autres. Il a endisqué pour plusieurs étiquettes et enregistré pour la plupart des grandes radios européennes. Ses disques lui ont valu trois nominations aux Juno, ainsi que des prix au concours de la Tribune internationale des compositeurs de l’Union européenne de radio-télévision.