Diversité : une conversation tournante à l’échelle nationale – Rapport sur la séance de Halifax

Consultez-le!

À Halifax, par un jour de tempête de janvier, le Réseau canadien pour les musiques nouvelles et ses partenaires de la région ont donné le coup d’envoi à Diversité : une conversation tournante à l’échelle nationale. Les prochaines séances auront lieu le 26 mars à Vancouver et le 1er mai à Montréal, pour permettre à cette conversation de traverser – et de réunir – le pays.

La première séance était présentée le festival Open Waters en collaboration avec Upstream New Music Association et suddenlyLISTEN. Elle a réuni participants de la région et invités pour discuter de la diversité dans la communauté des musiques nouvelles, avec un accent particulier sur la communication. Ce fut une expérience enrichissante, marquée par une conversation intense, exploratoire et franche.

La séance a attiré vingt-cinq personnes, dont plusieurs jeunes. Tout le monde a participé activement. En outre, douze autres personnes ont suivi les débats par Internet. Nos invités n’étaient pas du type « éminence grise » : la modératrice Ellen Waterman (musicologue et improvisatrice à la Memorial University) a su mettre à profit les expériences et les réflexions de Rémy Bélanger de Beauport (Québec ; improvisateur libre et organisateur d’espaces de performance sûrs), Juliet Palmer (Toronto ; compositrice et collaboratrice interdisciplinaire, AD Urbanvessel) et Dinuk Wijeratne (Halifax ; compositeur, pianiste et chef d’orchestre). Disposés en cercle, participants et invités ont identifié et disséqué plusieurs problématiques, dont : l’esthétique comme obstacle à la communication ; les messages implicites que nous véhiculons ; la musique que nous créons correspond-elle à notre identité ? ; les portes d’entrée sur la pratique musicale ; l’inclusion symbolique ; et l’historicisme.

La diversité peut revêtir de nombreuses définitions et avoir de multiples répercussions sur la pratique des arts. En musiques nouvelles, on relève la diversité de l’expression, des pratiques et des publics. Ces types de diversité peuvent tous être étudiés sous l’angle de la philosophie, de l’éthique et du pragmatisme. Le Conseil des arts du Canada vient d’adopter l’approche pragmatique. Dès avril 2017, un nouveau critère d’évaluation entre en vigueur pour nos demandes de subvention. Pendant la séance, on m’a gentiment reproché d’avoir mentionné, parmi les retombées souhaitables de l’exercice, l’occasion de trouver de nouveaux arguments pour nos demandes de subvention. J’admets que cela n’est pas aussi important que la réflexion que nous devons tous mener sur les obstacles à l’inclusion, mais les nouveaux critères du CAC sont bien réels et je suis convaincue que les participants, en personne ou à distance, ont quitté la séance avec des idées utiles. Heureusement pour les absents, le RCMN a publié un résumé de la discussion sur la page Web consacrée au projet Diversité, qui se trouve ici.

Les prochaines séances auront lieu le 26 mars à Vancouver et le 1er mai à Montréal. J’invite tous ceux et celles qui se trouvent à distance raisonnable d’y assister en personne. Les autres pourront y participer par Internet. Tous les détails se trouvent sur notre site. Veuillez ajouter votre voix et vos oreilles à cette conversation.

D’ici là, salutations,
Jennifer Waring
Présidente du RCMN