CNMN > Projects > Piece of Mind - lier la recherche scientifique et l’expérience vécue à travers la musique

Naila Kuhlmann, Rebecca Barnstaple, Louise Campbell

  • Ouvert (définition : partitions pour une instrumentation non spécifiée)
  • Voix
  • Instruments acoustiques
  • Appareils numériques
  • Adultes
  • Ainés

Ongoing project ; example activities: 1-2 x 1.5 hour virtual sessions

  • Associations communautaires
  • Santé
  • Famille
  • Mémoire
  • Maladie d’Alzheimer et autres démences
  • Limitations physiques (par ex. Paralysie cérébrale, Sclérose en plaques)
  • Maladie de Parkinson

Piece of Mind - lier la recherche scientifique et l’expérience vécue à travers la musique

description

Piece of Mind est un pro­jet de recherche-créa­tion qui uti­lise les arts vivants pour syn­thé­ti­ser et trans­mettre des connais­sances sur la mala­die de Par­kin­son (MP) ain­si que la démence. Notre approche par­ti­ci­pa­tive asso­cie  les artistes (de cirque, danse, musique et art visuel), les cher­cheurs, les indi­vi­dus vivant avec la MP / une démence et les proche-aidants pour co-créer des œuvres artis­tiques basées sur la recherche scien­ti­fique et l’expérience vécue. Nos objec­tifs  sont de :

  1. Faci­li­ter la créa­tion et l’échange de connais­sance entre les diverses com­mu­nau­tés par­ti­ci­pant au projet

  2. Créer des spec­tacles qui peuvent sen­si­bi­li­ser un grand public, tant sur le plan intel­lec­tuel qu’émotionnel, et sus­ci­ter un dia­logue concer­nant ces maladies.

Nous nous ser­vons d’un pro­ces­sus explo­ra­toire et ité­ra­tif afin d’identifier les mes­sages clés à com­mu­ni­quer dans nos spec­tacles, et inté­grer diverses pers­pec­tives en route. Cette démarche inclut des ate­liers “art-science”, de nom­breuses dis­cus­sions, ain­si que des ses­sions de musique et de danse pour éta­blir des rela­tions et pour appro­fon­dir nos connais­sances scien­ti­fiques et vécues d’une manière créa­tive. Au lieu de pré­sen­ter un résu­mé de toutes nos acti­vi­tés, nous aime­rions par­ta­ger deux exemples* qui peuvent faci­le­ment être adap­tés aux dif­fé­rents contextes.

*Vous pou­vez trou­ver le deuxième exemple ici :
https://www.newmusicnetwork.ca/­pro­jects/­piece-of-mind-give-us-a-hand-par­ti­ci­pa­to­ry-art-sci-video/

EXERCISE : impro­vi­sa­tion expe­rience vécue, repré­sen­ta­tion artis­tique, inter­pré­ta­tion scientifique

L’OBJECTIF : cette acti­vi­té vise à abor­der des sujets sur la MP de la pers­pec­tive de l’expérience vécue par la repré­sen­ta­tion artis­tique et l’interprétation scien­ti­fique, et de faci­li­ter une com­pré­hen­sion réci­proque entre les participants.

 : sur une pla­te­forme vir­tuelle comme Zoom, ou en personne.

PARTICIPANTS : dans notre pro­jet, les par­ti­ci­pants sont des cher­cheurs neu­ros­cien­ti­fiques, des artistes (musi­ciens, acro­bates, dan­seurs) et des per­sonnes vivant avec la MP. Cette acti­vi­té pour­rait être adap­tée à d’autres groupes.

Nombre / orga­ni­sa­tion des par­ti­ci­pants : 3 per­sonnes par groupe : une atteinte de la MP, un artiste, et un cher­cheur. Si vous avez des artistes divers (par exemple des musi­ciens et des dan­seurs), vous pou­vez aus­si tra­vailler en groupe de 4.

DIRECTIVES :
1. Pré­sen­tez le sujet ou la ques­tion que vous aime­riez abor­der dans la ses­sion. Dans notre cas, les sujets venaient de nos pré­cé­dentes ses­sions, et com­pre­naient les limi­ta­tions motrices, les aspects invi­sibles de la MP, et la per­cep­tion de temps.

2. Pro­ces­sus : Chaque per­sonne dans le groupe a 1–2 minutes pour par­ta­ger ou pré­sen­ter quelque chose liée au sujet. On com­mence avec la per­sonne vivant avec la MP, qui par­tage un aspect de son expé­rience vécue. L’artiste répond à ce témoi­gnage, soit en direct (avec un ins­tru­ment, la voix ou en mou­ve­ment) ou en décri­vant une idée artis­tique qui pour­rait repré­sen­ter l’expérience décrite. Le cher­cheur com­plète ensuite l’échange en don­nant un contexte scien­ti­fique à l’expérience, ou bien en pré­sen­tant des ques­tions de recherche pro­ve­nant de celle-ci. Répé­tez ce cycle autant de fois que vous voulez.

3. Les par­ti­ci­pants sont priés de gar­der leurs réponses courtes (1–2 min) afin de per­mettre plu­sieurs cycles d’échange. Au fur et à mesure que l’activité pro­gresse, le pro­ces­sus peut deve­nir moins struc­tu­ré, pour per­mettre aux par­ti­ci­pants d’élaborer les idées des autres. Nous uti­li­sons les gestes et le lan­gage cor­po­rel, ain­si que des jeux d’improvisation, pour faci­li­ter la connexion entre les trois pers­pec­tives ; vous pou­vez voir des exemples ci-joints.

4. Si vous tra­vaillez de manière vir­tuelle, les par­ti­ci­pants seront regrou­pés dans des salles sépa­rées (“brea­kout rooms”). Vous pou­vez choi­sir la durée des brea­kout rooms, mais nous recom­man­dons au moins 15 minutes par sujet. N’oubliez pas d’enregistrer la ses­sion si vous vou­lez revoir les échanges !

5. Pour finir, faites une dis­cus­sion en groupe (avec tous par­ti­ci­pants) afin de par­ta­ger vos idées et retours. Si vous avez le temps, vous pou­vez chan­ger de groupe et recom­men­cer l’activité avec les nou­velles ques­tions qui se présentent !

DESCRIPTIONS DES VIDÉOS :
1. Anne, Louise, Anu­sha (en anglais)

Dans cette vidéo, les par­ti­ci­pants dis­cutent com­ment la MP influence la per­cep­tion du temps et com­ment le rythme de vie est contrô­lé par les médi­ca­ments. Anne, une femme atteinte de la MP, com­mence en expli­quant son expé­rience de la fluc­tua­tion du temps au cours de la jour­née. La musi­cienne Louise Camp­bell l’invite à par­ti­ci­per à une démons­tra­tion musi­cale de cette expé­rience, en “diri­geant” sa cla­ri­nette par des gestes de la main. Anne lève ses mains pour indi­quer quand jouer plus vite et les abaisse pour signa­ler de jouer plus len­te­ment, et Louise ajoute une tex­ture à la musique en fonc­tion des autres mou­ve­ments d’Anne. Après l’échange, la neu­ros­cien­ti­fique Anu­sha explique les signaux externes qui règlent notre notion du temps et com­ment les médi­ca­ments peuvent affec­ter les gens différemment.

Une cita­tion d’Anne (dans la dis­cus­sion en groupe): “”[…] c’était hal­lu­ci­nant ; c’était comme si c’était mon cer­veau qui chan­tait – c’était vrai­ment, vrai­ment beau.”

2. Serge, Caro­line, Nai­la (en français)
Dans cette vidéo, Serge, un homme atteint par la mala­die de Par­kin­son, com­mence par expli­quer les symp­tômes moteurs qu’il éprouve et la façon dont il les res­sent dans son corps. Caro­line, une musi­cienne, réflé­chit comme elle pour­rait repré­sen­ter ces symp­tômes sur son vio­lon, et fait une petite impro­vi­sa­tion. Nai­la, qui a étu­dié les cir­cuits céré­braux affec­tés par la MP, ter­mine en dres­sant un paral­lèle entre ces symp­tômes moteurs et la façon dont la MP modi­fie la com­mu­ni­ca­tion entre les neurones.

Une cita­tion de Serge (lors de la dis­cus­sion en groupe): “[…] elle a com­men­cé a joué, puis j’avais énor­mé­ment de trem­ble­ments, puis sa musique m’a apai­sé […] j’ai réus­si à contrô­ler mon corps.”

3. Serge, Caro­line, Rebec­ca, She­ri­lyn (en français)
Dans cette vidéo, on voit un deuxième tour de l’activité, dans lequel Serge (atteint par la MP) par­tage com­ment le pro­jet Piece of Mind l’a affec­té émo­tion­nel­le­ment. La musi­cienne Caro­line inter­prète son témoi­gnage avec le rhythme et sa voix, tan­dis que Rebec­ca, dan­seuse et cher­cheuse, l’accompagne avec une impro­vi­sa­tion en mou­ve­ment. She­ri­lyn, une doc­to­rante qui étu­die la mala­die de Par­kin­son, explique les aspects émo­tion­nels de la mala­die et les régions du cer­veau cor­res­pon­dantes qui sont affectées.

Cita­tion de Serge (suite d’une expli­ca­tion de She­ri­lyn): “Tu viens de me décrire comme tu me connais depuis longtemps.”

4. Anne, Louise, Claire, Anu­sha (en anglais)
Ceci est un extrait d’une deuxième impro­vi­sa­tion entre Anne, Louise, et Anu­sha, quelques semaines après la pre­mière (exemple 1). Cette fois, elles sont éga­le­ment rejointes par Claire, une cher­cheuse et dan­seuse de cla­quettes. Dans cette vidéo, Anne, qui a la mala­die de Par­kin­son, dirige la musique de Louise en uti­li­sant ses mains pour démon­trer com­ment elle se sens ce jour-là. Anne ter­mine en expli­quant com­ment cette impro­vi­sa­tion com­pare à celle d’auparavant.

*Veuillez contac­ter Nai­la à pieceofmind.montreal@gmail.com pour en savoir plus sur le projet.*

lire la suite +

Vidéo

Galerie d'images