CNMN > Projects > Piece of Mind -

Naila Kuhlmann, Rebecca Barnstaple, Louise Campbell

  • Ouvert (définition : partitions pour une instrumentation non spécifiée)
  • Objets trouvés ou matériel artistique
  • Voix
  • Instruments acoustiques
  • 13 à 18 ans
  • Adultes
  • Ainés

Main activity : 30 min - 1 hour

  • Éducation
  • Associations communautaires
  • Santé
  • Famille
  • Maladie d’Alzheimer et autres démences
  • Limitations physiques (par ex. Paralysie cérébrale, Sclérose en plaques)

Piece of Mind -

description

Piece of Mind est un pro­jet de recherche-créa­tion qui uti­lise les arts vivants pour syn­thé­ti­ser et trans­mettre des connais­sances sur la mala­die de Par­kin­son (MP) ain­si que la démence. Notre approche par­ti­ci­pa­tive asso­cie  les artistes (de cirque, danse, musique et art visuel), les cher­cheurs, les indi­vi­dus vivant avec la MP / une démence et les proche-aidants pour co-créer des œuvres artis­tiques basées sur la recherche scien­ti­fique et l’expérience vécue. Nos objec­tifs  sont de :

  1. Faci­li­ter la créa­tion et l’échange de connais­sance entre les diverses com­mu­nau­tés par­ti­ci­pant au projet

  2. Créer des spec­tacles qui peuvent sen­si­bi­li­ser un grand public, tant sur le plan intel­lec­tuel qu’émotionnel, et sus­ci­ter un dia­logue concer­nant ces maladies.

Nous nous ser­vons d’un pro­ces­sus explo­ra­toire et ité­ra­tif afin d’identifier les mes­sages clés à com­mu­ni­quer dans nos spec­tacles, et inté­grer diverses pers­pec­tives en route. Cette démarche inclut des ate­liers “art-science”, de nom­breuses dis­cus­sions, ain­si que des ses­sions de musique et de danse pour éta­blir des rela­tions et pour appro­fon­dir nos connais­sances scien­ti­fiques et vécues d’une manière créa­tive. Au lieu de pré­sen­ter un résu­mé de toutes nos acti­vi­tés, nous aime­rions par­ta­ger deux exemples* qui peuvent faci­le­ment être adap­tés aux dif­fé­rents contextes.

*Vous pou­vez trou­ver le deuxième exemple ici :
https://www.newmusicnetwork.ca/­pro­jects/­piece-of-mind-connec­ting-scien­ti­fic-research-and-lived-expe­rience-through-music/

EXERCISE : créer une bande-sonore pour une vidéo “art-science”

L’OBJECTIF : le but de cette acti­vi­té est de faci­li­ter une com­pré­hen­sion de la recherche sur la MP,   en fai­sant inter­agir direc­te­ment les par­ti­ci­pants avec une vidéo “art-science” et entre eux. Plus pré­ci­sé­ment, une impro­vi­sa­tion vocale col­lec­tive a ser­vi à créer une bande sonore pour une courte vidéo illus­trant l’importance du sou­tien com­mu­nau­taire et du mou­ve­ment pour les per­sonnes atteintes de la MP.

OÙ : sur une pla­te­forme vir­tuelle comme Zoom, ou en personne.

PARTICIPANTS : dans notre pro­jet, les par­ti­ci­pants sont des cher­cheurs neu­ros­cien­ti­fiques, des artistes (musi­ciens, acro­bates, dan­seurs) et des per­sonnes vivant avec la MP. Cette acti­vi­té pour­rait être adap­tée à d’autres groupes. Plus on est nom­breux, plus on rit – mais plus la bande sonore qui en résulte est chao­tique ! Nous sug­gé­rons donc un maxi­mum de 10 participants.

DIRECTIVES :

1ère étape – créez une courte vidéo sur votre sujet, ou uti­li­sez la nôtre sans son.

Pour notre vidéo, deux cher­cheurs étu­diant la MP (Rebec­ca Barns­taple, Joe DeSou­za) et un artiste de cirque (Jéré­mie Robert) ont col­la­bo­ré pour créer un sketch silen­cieux basé sur le poten­tiel thé­ra­peu­tique du sou­tien com­mu­nau­taire, de la musique et du mou­ve­ment. Notre “doigt acro­ba­tique” était facile et rapide à fil­mer (et montre tout de même beau­coup d’émotions!), mais vous pou­vez éga­le­ment fil­mer une cho­ré­gra­phie, une impro­vi­sa­tion de mou­ve­ment, une scène de théâtre, ou peu importe ce que vous voulez !

2ème étape – Créer une bande sonore col­lec­tive (30 min à 1 h)

  • Pré­sen­tez la vidéo aux par­ti­ci­pants. Vous pou­vez choi­sir de par­ta­ger le contexte scien­ti­fique tout de suite, ou en dis­cu­ter par la suite.

  • Invi­tez les par­ti­ci­pants à faire un accom­pa­gne­ment sonore pour le doigt acro­ba­tique, en uti­li­sant la voix, le cla­que­ment, des objets trou­vés, etc.

  • Pour évi­ter une caco­pho­nie (a moins que c’est ce que vous cher­chez!) encou­ra­gez les par­ti­ci­pants à s’écouter et à répondre les uns aux autres, ou limi­tez le nombre de per­sonnes qui par­ti­cipent en même temps.

  • Nous sug­gé­rons de répé­ter la vidéo plu­sieurs fois, afin d’essayer dif­fé­rentes idées. Par exemple, dans notre vidéo, nous avons essayé de pro­duire des effets sonores oppo­sés à ceux que nous aurions ini­tia­le­ment attri­bués au doigt acro­ba­tique, ce qui a été une expé­rience très intéressante !

  • Si vous vou­lez enre­gis­trer la ses­sion pour en faire une bande son, envi­sa­gez un moment où seule­ment une ou deux per­sonnes par­ti­cipent à la fois. Ceci le ren­dra plus facile d’assembler tout par la suite.

Step 3 – mon­tage (optio­nel)

Si vous sou­hai­tez com­pi­ler une bande sonore pour votre vidéo à par­tir des enre­gis­tre­ments audio de votre ses­sion, télé­char­gez le tout dans le logi­ciel de mon­tage de votre choix. Jouez avec la façon de ras­sem­bler la bande sonore de chaque par­ti­ci­pant en un tout – vous pou­vez même faire cette par­tie en groupe.

DESCRIPTION DE L’EXTRAIT ZOOM :
Dans cet extrait de notre ses­sion Zoom, la musi­cienne Louise Camp­bell nous guide dans un exer­cice dans lequel nous pro­dui­sons des effets sonores pour le “doigt acro­ba­tique”. Nous mon­trons deux ver­sions : dans la pre­mière, nous réagis­sons avec les sons que nous attri­buons à l’émotion dans la vidéo. Dans le deuxième, nous jouons avec la per­cep­tion de la vidéo en chan­geant les sons que nous four­nis­sons pour le doigt acrobatique.

DESCRIPTION DE LA VIDÉO ART-SCIENCE :
La main : Jéré­mie Robert
La recherche : Rebec­ca Barns­taple et Joe DeSouza
Le son : membres du col­lec­tif Piece of Mind
Le mon­tage vidéo : Rebec­ca Barnstaple
Le mon­tage audio : Louise Campbell

Texte accom­pa­gnant de Rebecca :
La musique et la danse sont de plus en plus recon­nues comme étant thé­ra­peu­tiques pour ceux qui vivent avec  la mala­die de Par­kin­son ou d’Alzheimer : non seule­ment peuvent-t-elles amé­lio­rer le fonc­tion­ne­ment moteur et même cog­ni­tif, mais elles apportent aus­si des liens sociaux et un lieu pour s’exprimer. Les liens entre le son et la musique sont anciens, et la danse peut être consi­dé­rée comme “son-ren­du-visible”. Le rythme et la mélo­die inter­agissent avec le cor­tex audi­tif et les régions céré­brales qui contrôlent la pla­ni­fi­ca­tion du mou­ve­ment, et la musique peut infor­mer et déclen­cher com­ment et quand nous bou­geons – menant à une flui­di­té, une syn­chro­ni­sa­tion et une plus grande ampli­tude de mou­ve­ment. Cette pièce exprime com­ment l’environnement d’un cours de danse, rem­pli de musique, d’images et de connexions sociales, peut conduire à l’expérience de bou­ger en tant que “dan­seur”, capable de mou­ve­ments puis­sants et gra­cieux qui trans­cendent l’ordinaire.

*Veuillez contac­ter Nai­la à pieceofmind.montreal@gmail.com pour en savoir plus sur le projet!*

lire la suite +

Vidéo

Galerie d'images