CNMN > Projects > Piece of Mind -

Naila Kuhlmann, Rebecca Barnstaple, Louise Campbell

  • Ouvert (définition : partitions pour une instrumentation non spécifiée)
  • Objets trouvés ou matériel artistique
  • Voix
  • Instruments acoustiques
  • 13 à 18 ans
  • Adultes
  • Ainés

Main activity : 30 min - 1 hour

  • Éducation
  • Associations communautaires
  • Famille
  • Maladie d’Alzheimer et autres démences
  • Limitations physiques (par ex. Paralysie cérébrale, Sclérose en plaques)

Piece of Mind -

description

Piece of Mind est un projet de recherche-création qui utilise les arts vivants pour synthétiser et transmettre des connaissances sur la maladie de Parkinson (MP) ainsi que la démence. Notre approche participative associe  les artistes (de cirque, danse, musique et art visuel), les chercheurs, les individus vivant avec la MP / une démence et les proche-aidants pour co-créer des œuvres artistiques basées sur la recherche scientifique et l’expérience vécue. Nos objectifs  sont de:

  1. Faciliter la création et l’échange de connaissance entre les diverses communautés participant au projet

  2. Créer des spectacles qui peuvent sensibiliser un grand public, tant sur le plan intellectuel qu’émotionnel, et susciter un dialogue concernant ces maladies.

Nous nous servons d’un processus exploratoire et itératif afin d’identifier les messages clés à communiquer dans nos spectacles, et intégrer diverses perspectives en route. Cette démarche inclut des ateliers “art-science”, de nombreuses discussions, ainsi que des sessions de musique et de danse pour établir des relations et pour approfondir nos connaissances scientifiques et vécues d’une manière créative. Au lieu de présenter un résumé de toutes nos activités, nous aimerions partager deux exemples* qui peuvent facilement être adaptés aux différents contextes.

*Vous pouvez trouver le deuxième exemple ici: https://www.newmusicnetwork.ca/projects/piece-of-mind-connecting-scientific-research-and-lived-experience-through-music/ EXERCISE: créer une bande-sonore pour une vidéo “art-science”

L’OBJECTIF: le but de cette activité est de faciliter une compréhension de la recherche sur la MP,   en faisant interagir directement les participants avec une vidéo “art-science” et entre eux. Plus précisément, une improvisation vocale collective a servi à créer une bande sonore pour une courte vidéo illustrant l’importance du soutien communautaire et du mouvement pour les personnes atteintes de la MP.

OÙ: sur une plateforme virtuelle comme Zoom, ou en personne.

PARTICIPANTS: dans notre projet, les participants sont des chercheurs neuroscientifiques, des artistes (musiciens, acrobates, danseurs) et des personnes vivant avec la MP. Cette activité pourrait être adaptée à d’autres groupes. Plus on est nombreux, plus on rit – mais plus la bande sonore qui en résulte est chaotique ! Nous suggérons donc un maximum de 10 participants.

DIRECTIVES:

1ère étape – créez une courte vidéo sur votre sujet, ou utilisez la nôtre sans son. Pour notre vidéo, deux chercheurs étudiant la MP (Rebecca Barnstaple, Joe DeSouza) et un artiste de cirque (Jérémie Robert) ont collaboré pour créer un sketch silencieux basé sur le potentiel thérapeutique du soutien communautaire, de la musique et du mouvement. Notre “doigt acrobatique” était facile et rapide à filmer (et montre tout de même beaucoup d’émotions!), mais vous pouvez également filmer une chorégraphie, une improvisation de mouvement, une scène de théâtre, ou peu importe ce que vous voulez! 2ème étape – Créer une bande sonore collective (30 min à 1 h)
  • Présentez la vidéo aux participants. Vous pouvez choisir de partager le contexte scientifique tout de suite, ou en discuter par la suite.

  • Invitez les participants à faire un accompagnement sonore pour le doigt acrobatique, en utilisant la voix, le claquement, des objets trouvés, etc.

  • Pour éviter une cacophonie (a moins que c’est ce que vous cherchez!) encouragez les participants à s’écouter et à répondre les uns aux autres, ou limitez le nombre de personnes qui participent en même temps.

  • Nous suggérons de répéter la vidéo plusieurs fois, afin d’essayer différentes idées. Par exemple, dans notre vidéo, nous avons essayé de produire des effets sonores opposés à ceux que nous aurions initialement attribués au doigt acrobatique, ce qui a été une expérience très intéressante !

  • Si vous voulez enregistrer la session pour en faire une bande son, envisagez un moment où seulement une ou deux personnes participent à la fois. Ceci le rendra plus facile d’assembler tout par la suite.

Step 3 – montage (optionel)

Si vous souhaitez compiler une bande sonore pour votre vidéo à partir des enregistrements audio de votre session, téléchargez le tout dans le logiciel de montage de votre choix. Jouez avec la façon de rassembler la bande sonore de chaque participant en un tout – vous pouvez même faire cette partie en groupe.

DESCRIPTION DE L’EXTRAIT ZOOM: Dans cet extrait de notre session Zoom, la musicienne Louise Campbell nous guide dans un exercice dans lequel nous produisons des effets sonores pour le “doigt acrobatique”. Nous montrons deux versions: dans la première, nous réagissons avec les sons que nous attribuons à l’émotion dans la vidéo. Dans le deuxième, nous jouons avec la perception de la vidéo en changeant les sons que nous fournissons pour le doigt acrobatique.

DESCRIPTION DE LA VIDÉO ART-SCIENCE: La main: Jérémie Robert La recherche: Rebecca Barnstaple et Joe DeSouza Le son: membres du collectif Piece of Mind Le montage vidéo: Rebecca Barnstaple Le montage audio: Louise Campbell Texte accompagnant de Rebecca: La musique et la danse sont de plus en plus reconnues comme étant thérapeutiques pour ceux qui vivent avec  la maladie de Parkinson ou d’Alzheimer: non seulement peuvent-t-elles améliorer le fonctionnement moteur et même cognitif, mais elles apportent aussi des liens sociaux et un lieu pour s’exprimer. Les liens entre le son et la musique sont anciens, et la danse peut être considérée comme “son-rendu-visible”. Le rythme et la mélodie interagissent avec le cortex auditif et les régions cérébrales qui contrôlent la planification du mouvement, et la musique peut informer et déclencher comment et quand nous bougeons – menant à une fluidité, une synchronisation et une plus grande amplitude de mouvement. Cette pièce exprime comment l’environnement d’un cours de danse, rempli de musique, d’images et de connexions sociales, peut conduire à l’expérience de bouger en tant que “danseur”, capable de mouvements puissants et gracieux qui transcendent l’ordinaire. *Veuillez contacter Naila à pieceofmind.montreal@gmail.com pour en savoir plus sur le projet!*lire la suite +

Vidéo

Galerie d'images